En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Support-Surface ou Supports-Surfaces

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Ce nom désigne un groupe artistique français du xxe s. Dans la voie ouverte par l'affirmation de la réalité physique du tableau, qui commence par Matisse et se continue aux États-Unis par la Nouvelle Abstraction et le Hard Edge, un certain nombre d'artistes français développent des expériences et des théories sur la matérialité de la peinture. Ces artistes, qui vont reprendre certaines des orientations de Buren et du groupe B. M. P. T., mais aussi les recherches plus mystiques de Hantaï, apparaissent dès 1966-67 en province, surtout autour de Nice, dans des manifestations comme celles qui sont organisées dans les rues du village de Coaraze (1969). Un certain nombre d'entre eux, presque tous originaires du midi de la France (Bioulès, M. Devade, D. Dezeuze, P. Saytour, A. Valensi, C. Viallat), constituent à l'automne de 1970 (exposition à l'A. R. C., Paris, M. A. M. de la Ville) le groupe Supports-Surfaces, que rejoignent l'année suivante Arnal, N. Dolla, T. Grand et Pincemin. En 1971, plusieurs manifestations rendent compte de leurs travaux, mais une scission, née d'oppositions théoriques et politiques, conduit certains (Dolla, Saytour, Valensi, Viallat) à revenir à un travail axé sur la province, tandis que d'autres (Bioulès, Cane, Devade, Dezeuze) poursuivent à Paris des expériences et l'élaboration d'une théorie matérialiste fondée sur le marxisme-léninisme, qu'ils expriment dans leur revue Peinture, cahiers théoriques. Le dogmatisme et la réussite (de la rue, le groupe est passé à la galerie, puis au musée) éloignent en 1972 Bioulès, puis Dezeuze, mais Cane et Devade ne renoncent pas et s'assurent les contributions d'auteurs comme Marcelin Pleynet ou Philippe Sollers. Tous ces artistes (et d'autres, tel C. Jaccard) ont néanmoins en commun le refus de l'œuvre d'art et du message au profit d'expériences jalonnant une démarche pratique et théorique. Les exemples les plus intéressants sont fournis, en plus de leurs textes, par les œuvres de Cane (toiles teintées, découpées et tendues partie sur le mur, partie sur le sol), Viallat (empreintes répétées sur toile non tendue, filets, cordes), Dezeuze (grilles, échelles souples), Saytour (bâtons peints, bandes de couleurs), Devade (toiles composées de bandes horizontales et verticales). Une exposition Supports-Surfaces (1966-1974) a été présentée (Saint-Étienne, M.A.M.) en 1991.