En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Franz, puis, à partir de 1906, Franz von Stuck

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et décorateur allemand (Tetenweis, Bavière,  1863  – Munich  1928).

Il est élève de l'École d'art décoratif et de l'École polytechnique de Munich de 1882 à 1884, puis de l'Académie de cette ville (1885-1889), où, dix ans plus tard, en 1895, il succédera comme professeur à son maître Lindenschmit. Il est lié à Böcklin et à Lenbach. Il participe à la création de la Sécession munichoise en 1892 et entretient des relations avec l'avant-garde de Berlin — il donne par exemple des illustrations pour les revues Pan et Jugend — et de Vienne, avec une exposition retentissante à la Sécession au début de 1898.

Il est influencé par ses aînés Hans Thoma et Max Klinger, mais apparaît surtout à ses contemporains comme un disciple de Böcklin. Après des débuts de caricaturiste, il est connu comme peintre à partir de 1889 (le Gardien du paradis, Munich, villa Stuck) par des compositions allégoriques et symboliques, souvent tirées de la légende antique ; son pinceau anime faunes, sirènes, centaures d'un souffle nouveau mais ténébreux, et ses couleurs saturées et sourdes leur confèrent une sensualité énigmatique et lascive. Il cherche un rajeunissement de la mythologie classique par l'utilisation d'un symbolisme de lignes et de couleurs et par la création d'un type de nus monumentaux et sensuels. Voulant glorifier la force, il apparaît à la manière de Nietzsche comme l'interprète de l'âme germanique de son temps, ce qui explique l'immense succès qu'il eut de son vivant à Munich, où il fut anobli en 1906. Parmi ses compositions les plus célèbres, on peut citer le Péché (1893, Munich, Neue Pin.), représentant une femme et un serpent traités dans les tonalités jaune safran et noire de la perversité et de la tristesse, Oreste et les Furies (Rome, G. A. M.), la Guerre, réutilisée par Heartfield dans un photomontage (1895, Munich, Neue Pin.), le Sphinx (1895, id.), Salomé (1906, Munich, villa Stuck), Méduse (1908, Venise, G. A. M. Ca'Pesaro).

Pratiquant aussi la sculpture et l'architecture, Stuck se fit édifier, en 1898, une villa à Munich, d'un style néo-classique dépouillé et rigoureux, non sans lien avec celui de l'école viennoise. Son mobilier remporte la grande médaille d'or à l'Exposition universelle de 1900 ; cette villa est transformée, depuis 1968, en musée consacré à son œuvre. Stuck eut pour élèves Kandinsky et Klee. Une exposition lui a été consacrée (Amsterdam, musée Van-Gogh) en 1995-1996.