En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Dirck Stoop

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Utrecht v.  1618  –id. [ ? ] apr. 1681).

Entre 1635 et 1645, il se rendit peut-être en Italie. En 1661 et 1662, il fut peintre à la cour de Portugal. De 1662 à 1665, il séjourna en Angleterre, où Charles II fut son mécène, puis s'installa à Utrecht. Stoop s'est spécialisé dans la représentation de paysages où se déroule une partie de chasse, ou bien un combat de cavalerie. Ces sujets lui permettaient de peindre des chevaux avec virtuosité et naturel, dans un style proche de celui de Pieter Van Laer. Il existe également une parenté indéniable entre l'œuvre de Dirck Stoop et celle de son contemporain Jan Baptist Weenix. Après Wouwerman, Stoop est, à Utrecht, le plus important représentant de la peinture de chevaux, qu'il a illustrée en 1661 dans une suite de 12 eaux-fortes restées célèbres. L'artiste est principalement figuré dans les musées d'Amiens (Halte de chasse), de Bonn (Paysage avec ruines), d'Utrecht (Paysage avec cavaliers et chiens, 1649), au Rijksmuseum (Scène de chasse, 1649), ainsi qu'à Bruxelles (M. R. B. A. : le Repos près de la fontaine, une Halte près d'une hôtellerie), à Copenhague (S. M. f. K. : Halte de chasse, 1643, Vue imaginaire d'une grotte) et à Dublin (N. G. : Scène de chasse).

Son frère Maerten (Rotterdam 1618/1620 – Utrecht 1647) fut également peintre, et se spécialisa dans la scène de genre.