En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jan Stobbaerts

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre belge (Anvers 1838  – Bruxelles 1914).

Orphelin, il dut pourvoir de bonne heure à ses besoins matériels. Il passa trois ans (1855-1858) chez l'animalier E. Noterman et fut l'élève de Leys à l'Académie d'Anvers, où il rencontra H. de Braekeleer, avec qui il se lia. Pratiquant la peinture de plein air dès 1856, il choisit d'abord comme sujets les petits métiers anversois, puis les études d'animaux de ferme (le Marché des veaux à Anvers, 1861, musée d'Anvers).

En 1873, la Boucherie anversoise (musée de Gand) est un manifeste du Réalisme en Belgique et fait scandale. Après 1880, Stobbaerts abandonne peu à peu son métier franc et solide au profit d'une étude plus subtile des effets de lumière : la Sortie de l'étable (1882, musée d'Anvers). Installé à Bruxelles en 1886, il évolue, sous l'influence de l'Impressionnisme, vers une manière nouvelle, où les formes se dissolvent dans une atmosphère noyée de brumes ; il délaisse alors les thèmes réalistes pour des scènes inspirées d'un symbolisme assez conventionnel et qui nous paraissent aujourd'hui vieillies : le Repos de Diane (v. 1895, musée d'Anvers).