En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tobias Stimmer

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre, dessinateur et graveur suisse (Schaffhouse  1539  – Strasbourg  1584).

Il était l'aîné des onze enfants de Christophe Stimmer (Constance 1520/1525 – Rottweil 1562), dessinateur et calligraphe, qui lui apprit probablement les rudiments du métier. Nous ignorons pratiquement tout de sa formation ; selon certains critiques, il étudia à Zurich chez Hans Asper ; pour d'autres, il demeura à Schaffhouse auprès de Félix Lindtmayer ou se rendit à Constance. Il acheva son apprentissage v. 1556. Peut-être se rendit-il alors en Italie, où il aurait travaillé avec Giambattista Zelotti et ses élèves aux fresques du Palazzo Trevisan de Murano ; une autre hypothèse le fait suivre Lindtmayer dans son voyage le long du Danube. Quoi qu'il en soit, il n'ignorait ni la peinture vénitienne ni l'école d'Altdorfer. Les premiers dessins datés que nous possédions attestent une précocité surprenante : le Christ au mont des Oliviers (1557, Dessau, Gg). Dans un paysage nocturne tourmenté, dramatisé par la tension qui domine les clairs et les obscurs, la scène est saisie avec une intensité qui rappelle Grünewald. La composition, encore en surface, pose néanmoins les problèmes qui seront résolus plus tard : lumière et espace. En 1560, il est mentionné au registre fiscal de Schaffhouse ; il semble avoir déjà joui d'une certaine célébrité, car il reçoit des commandes de portraits : Conrad Gessner (1564, Schaffhouse, musée de Tous-les-Saints) et le double portrait en pied de Jacob Schwytzer et de sa femme Elsbeth Lochmann (1564, musée de Bâle). Les figures sont vivement découpées dans une lumière que rehausse la richesse du coloris. La composition, sobre et serrée, a la vigueur de certaines œuvres de Niklaus Manuel. L'artiste fournit le modèle d'un gobelet d'argent que la ville de Schaffhouse offrit à Conrad Dasypodius, le mathématicien, en récompense de sa dédicace de la Géométrie d'Euclide, parue à Strasbourg chez C. Mylius. Il fournit aussi à des éditeurs strasbourgeois, à Bernard Jobin notamment, de nombreuses illustrations.

De 1567 à 1570, il réalise pour Hans von Waldkirch la façade de la maison Zum Ritter à Schaffhouse (restaurées en 1919, les fresques sont au musée de Tous-les-Saints, mais ont été reconstituées sur la façade par Karl Rösch). Concentrant la double tradition décorative de Titien, de Véronèse et de Holbein, ces peintures sont distribuées selon un programme historico-mythologique plus ou moins précis sur les thèmes de la guerre et de la paix. Vers 1570, le peintre s'établit à Strasbourg et exécute dans le même style la décoration de l'Horloge astronomique de la cathédrale (thèmes du Salut et de la Chute, la prophétie de Daniel, les quatre saisons, Uranie et Copernic). Il commence alors à graver sur bois, reçoit de nombreuses commandes et s'adjoint ses frères Josias et Christophe. En 1576 paraissent chez Thomas Guarin, à Bâle, 170 gravures sur bois d'après des dessins de scènes bibliques. Elles eurent un succès considérable : Sandrart rapporte qu'en 1637 Rubens en avait copié un certain nombre. Dans les années suivantes, Stimmer décore la grande galerie du château du margrave Philippe II de Baden-Baden, dont il deviendra le peintre officiel. Ces peintures furent détruites en 1689 par les troupes françaises. Une description de l'artiste, datée du 17 mai 1578, concernant ces peintures, est conservée aux Archives municipales de Strasbourg ; elle évoque les portraits en pied des margraves de Bade et les silhouettes des empereurs leurs contemporains, les signes des mois et ceux du zodiaque, des figures allégoriques, des illustrations de la vie vertueuse et de la vie dissipée de l'homme, les Parques enfin sous la voûte, le Rédempteur dans le cercle des élus.

En 1580, Stimmer écrit et illustre de dessins d'une étonnante liberté une œuvre satirique, la Commedia. En 1582, il est de retour à Strasbourg ; il y travaille pour le couvent de Saint-Jean-in-Undis, prodigue ses conseils à de nombreux artistes de passage, surtout des compatriotes, comme C. Murer, B. Lingg et Hans Plepp. Il est la première grande personnalité artistique apparue dans cette région depuis Holbein. Son originalité est d'avoir su intégrer aux principes maniéristes de son siècle des éléments de l'école du Danube et de l'esthétique de Dürer et de s'être ainsi forgé un langage autonome, intermédiaire entre les traditions italiennes et germaniques, annonciateur du futur Baroque de l'Allemagne méridionale.