En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Clyfford Still

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (Grandin, North Dakota, 1904  – Baltimore 1980).

Après des études à la Spokane University de Washington, il enseigne le dessin et la peinture au Washington State College de Pullman (1933-1941). Lorsque les États-Unis entrent en guerre, il travaille dans des usines d'armement à San Francisco, où il reprend ensuite l'enseignement de la peinture à la California School of Fine Arts (1946-1950). Si les toiles qu'il expose en 1946 à la gal. Art of this Century portent encore la marque du Surréalisme, des peintures telles que 1943-A (1943) ou Jamais (1944, Venise, fondation Peggy Guggenheim) dénotent déjà le souci de restituer à la toile l'intégralité de son espace : composition décentrée, mise en évidence des limites du tableau ; celui-ci tend à apparaître comme le fragment d'un ensemble plus vaste, au champ indéterminé. Vers la fin des années 40, Clyfford Still, pionnier de l'Expressionnisme abstrait, cherche essentiellement à individualiser son style ; il voit dans la peinture " un acte inqualifiable " qui doit rompre " avec l'illustration de mythes éculés ou des divers alibis de notre monde contemporain ", et dont l'artiste " doit assumer l'entière responsabilité ". Ainsi en arrive-t-il, en même temps que Barnett Newman et Mark Rothko, à la réduction de sa gamme chromatique au profit de grandes surfaces de couleurs vives dont la luminosité et le degré de saturation — calculés — doivent provoquer des effets optiques déterminés. Cependant, à ces premières exigences vient s'ajouter un travail sur la texture de la couleur elle-même qui rapproche parfois Still de l'Action Painting (1948-D, 1948, New York, coll. William Rubin). À New York, où il enseigna à partir de 1950 au Brooklyn College, le maître participe à l'exposition " Fifteen Americans of the M. O. M. A. " (1952) : les toiles qu'il y présente sont d'un format " mural ", et les taches en forme de flammes font place à de grandes nappes sans volume, jouant sur les rapports de deux ou trois couleurs (Painting, 1951, New York, M. O. M. A.). Le noir, " non-couleur privilégiée ", tend bientôt à envahir presque toute la toile, préservant la continuité du plan (1957-D n° 1, 1957, Buffalo, Albright-Knox Art Gal.). C'est de cette insistance mise sur la " limite " que certains peintres de la Nouvelle Abstraction sauront tirer parti. L'artiste est revenu ensuite à des effets de couleur où le noir intervient Peinture, 1964). Il est représenté dans les grands musées américains (New York, Chicago, Detroit, San Francisco, Saint Louis) et européens (Amsterdam, Londres, Paris, Stockholm). Une exposition lui a été consacrée (Buffalo, Albright-Knox Art Gallery) en 1996.