En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Anton Stankowski

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste allemand (Gelsenkirchen 1906-Esslingen 1998).

Influencé par l'art de Max Burchartz, qui a été l'un des premiers disciples allemands de Theo Van Doesburg et dont il suit les cours à la Folkwangschule d'Essen, Stankowski s'est consacré principalement à la typographie et à la publicité, mais aussi à la photographie ainsi qu'à la peinture dont sa production est, à partir de 1929, représentative du courant constructiviste. Il travaille comme typographe et comme graphiste dans l'atelier de Max Dalang à Zurich, en compagnie notamment de Richard Paul Lohse, puis ouvre son propre studio à Stuttgart. Son art de typographe, qui se situe pleinement dans la lignée de la typographie constructiviste, telle qu'elle a été illustrée par Max Burchartz, Johannes Canis et Walter Dexel, ainsi que par les artistes du Bauhaus, utilise beaucoup la photographie et le photomontage. Dans le domaine pictural, ses œuvres sont caractérisées par l'éclectisme dans le domaine des formes et de la composition : Stankowski s'appuie en effet sur l'expérimentation et recherche toutes les variantes d'une façon systématique : après la guerre, son art se rapproche davantage du style des artistes concrets de Zurich. De 1940 à 1948, Stankowski est soldat puis prisonnier de guerre en Russie. Libéré en 1948, il retrouve son métier de typographe et de graphiste publicitaire, ainsi que son activité de peintre (Aufgeklappf auf wei\S, 1989). Ses œuvres sont principalement conservées au Kunsthaus de Zurich, à la Staatsgalerie de Stuttgart, au musée de Grenoble ainsi qu'à la Fondation pour l'art concret de Reutlingen.