En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Spinello Aretino

Spinello Aretino, Alexandre III et Frédéric Ier Barberousse
Spinello Aretino, Alexandre III et Frédéric Ier Barberousse

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Arezzo v.  1350  – id.  1411).

Il travailla dans toute la Toscane. On le trouve ainsi à Lucques — où, en 1384, venant d'achever le polyptyque de S. Ponziano (divisé entre les musées de Cambridge [Fogg], de l'Ermitage et de Parme), il reçoit la commande d'un autre polyptyque pour une église de Rome — et à Pise (1390-91, Camposanto, fresques avec les Scènes de la vie de saint Ephysius). Il séjourne à plusieurs reprises à Florence, où il décore à fresque la sacristie de S. Miniato al Monte (Scènes de la vie de saint Benoît), l'église S. Maria del Carmine avec des Scènes de la vie de saint Jean-Baptiste (dont il existe des fragments dispersés à la N. G. de Londres, aux musées de Rotterdam, de Pavie, de Liverpool et au Camposanto de Pise), l'oratoire degli Alberti à Antella (Scènes de la vie de sainte Catherine) une chapelle de l'église San Michele Visdomini (Quatre docteurs de l'Église en voûte et des scènes de la vie de saint Zanobi, datée vers 1400). À Sienne, il peint en 1407-1408 les fresques avec les Scènes de la vie du pape Alexandre III dans la salle du Conseil au Palazzo Pubblico. À Arezzo subsistent évidemment de nombreux témoignages de son activité (fresques notamment à S. Domenico, S. Annunziata et S. Francesco). Spinello peignit aussi des polyptyques, représentant généralement la Vierge et l'Enfant entourés de Saints ; on peut citer ceux qui sont conservés à l'Accademia de Florence (1391 et 1401) et surtout celui qui fut peint pour Monte Oliveto en 1385 et aujourd'hui démembré (musée de Budapest ; P. N. de Sienne ; Cambridge, Mass., Fogg Art Museum). Remarquable également, une bannière de procession conservée au Metropo– litan Museum (Madeleine, Flagellation du Christ). Sa collaboration avec Lorenzo di Niccolò a été récemment mise en lumière.

L'art de Spinello Aretino fut d'abord de tendance archaïsante — tendance issue du climat artistique provincial d'Arezzo, ignorant les réformes d'Orcagna — et chercha à redécouvrir les grandes valeurs du début du trecento (ainsi que la sculpture d'Andrea Pisano). À ces deux tendances se greffent assez rapidement des éléments gothiques d'origine septentrionale, introduits en Toscane dans la seconde moitié du xive s. par l'intermédiaire de Giovanni da Milano et des Bolonais. Ces caractères ont fait apparaître dans les meilleures œuvres de Spinello des rythmes annonçant, en Toscane, le Gothique international et l'art de Lorenzo Monaco, tandis qu'une figuration plus souple et plus vive écarte définitivement la rigidité académique d'Orcagna.