En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Giangiacomo Spadari

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Saint-Marin 1938-Milan 1997).

En 1961, il s'installe à Milan, devient peintre, et réalise des œuvres figuratives et informelles (Racconto, 1964, collage). En 1966, il participe à l'exposition " la Contestation autorisée " à la librairie Einaudi et commence son travail sur l'image politique, qui s'affirme en 1968 lors d'une exposition à la gal. Bergamini. S'interrogeant sur la fonction sociale de l'art, il réfléchit alors à des thèmes politiques (Storia americana, 1969 ; Di Rote Fahne, 1973), plaçant à l'intérieur du tableau des images à références très précises qui ont valeur de véritables documents. Il s'intéresse aussi à certains personnages et à leur portée politique dans des expositions à thèmes (" Rosa Luxembourg : une vie pour le socialisme " à Berlin en 1973 ; " Garibaldi et le Compromis historique " à Milan en 1974). De 1976 à 1980, il travaille sur la réinterprétation de scènes célèbres du cinéma (Roma 16 marzo, 1979 ; Milano 28 maggio, 1980) puis à un cycle de paysages, " le Temps de la nature ", inspiré de Friedrich (Estate, 1980). Il utilise de grandes images de peintures acryliques aux contrastes quasi photographiques et un réalisme choc au service de l'engagement politique.