En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Francesco Solimena

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Canale di Serino 1657  – Barra [Naples] 1747).

Tout en se distinguant de Luca Giordano, il est, avec lui, le plus remarquable représentant de la peinture baroque à Naples. Ayant reçu sa première formation de son père, Angelo, dans un climat naturaliste issu de Guarino, il est bientôt influencé par le style pictural de Luca Giordano. Il exécute d'abord plusieurs œuvres en collaboration avec son père (coupole de la cathédrale de Nocera), puis, v. 1680, il peint des fresques avec des Scènes de la vie des saintes Thècle, Archelaa et Suzanne dans l'église S. Giorgio à Salerne. Ces fresques et celles qu'il exécuta peu après dans le chœur de S. Maria Donnaregina à Naples (Saints André et Augustin, Saints Matthieu et Janvier, Triomphe de saint François, Scènes de la vie de saint François) constituent le meilleur de son œuvre de jeunesse. Déjà, sa personnalité s'affirme nettement au sein des différentes expériences du baroque local, recherchant les possibilités de fusion entre le chromatisme de Giordano et le néo-caravagisme plastique de Mattia Preti, auxquels peut s'ajouter l'audace des perspectives des " machines " de Lanfranco.

Dans ce sens, Solimena renouvelle la leçon de Giordano, qui, dans l'interprétation plus libre qu'il donnait de la fonction structurale de la lumière, pouvait tendre et aboutir à une désagrégation totale de la forme. Cette évolution le conduit des grandes fresques (Scènes de la vie de saint Paul ; au plafond : Vertus et Anges) de la sacristie de S. Paolo Maggiore (1689-90) à celles (Scènes de la vie de saint Nicolas de Bari) de S. Nicola alla Carità (Naples, 1697 ; il avait déjà peint auparavant, pour cette église, deux de ses meilleurs tableaux d'autel, les Saints François de Sales, François d'Assise et Antoine de Padoue et la Vierge avec saint Pierre et saint Paul) et à la vaste production de tableaux de chevalet et de " pale " d'autel de cette période. Toutes ces œuvres, construites avec une rigoureuse puissance volumétrique, libèrent de vifs effets de lumière et de couleur. Solimena réalise ici la plus large synthèse de toutes les dominantes de la tradition picturale napolitaine. Dans les premières œuvres, où l'influence de Preti est évidente, on avait distingué une orientation personnelle vers une éloquence " classiciste " qui aurait pu caractériser sa production postérieure et marquer un moment " négatif " dans son évolution, par cette tendance à académiser le baroque. Il est certain d'ailleurs qu'il eut des contacts à la fin du siècle avec les milieux artistiques romains, notamment avec celui qui était soumis au classicisme de Maratta, et qu'à cette époque il s'intéressa plus particulièrement aux sources classicisantes de la peinture émilienne, de Dominiquin à Reni. Ce retour rationaliste au " bon goût ", qui eut son équivalent littéraire dans le mouvement de l'Arcadie au xviiie s., caractérise l'œuvre entière de Solimena du début du siècle à 1730-1735. Toute cette période est marquée par l'unité de ton que donne un purisme formel absolu. Ce fut une époque d'intense production. Solimena exécute des commandes pour des églises de Naples (Gesù Vecchio, S. Anna dei Lombardi, S. Maria Donnalbina, S. Domenico Maggiore, Gerolomini, chartreuse de S. Martino) et pour des collectionneurs napolitains ou des églises de la région (Aversa, Monte Cassino, Capoue) ; il envoie également de nombreuses œuvres dans les plus grandes villes d'Italie et d'Europe (Allégorie pour Louis XIV, 1700, Ermitage, transformé au cours du xviiie s. en Allégorie pour Catherine II ; Enlèvement d'Orythie, 1700, Rome, Gal. Spada ; Rébecca et Jacob, Rébecca et Éléazar, Venise, Accademia ; Deborah et Barach, Judith, Corni-gliano, villa Bombrini ; Massacre des Justiniens à Scio, 1715, pour la salle du Conseil de Gênes, perdu et connu par la grande esquisse de Capodimonte ; quatre toiles à sujets bibliques, Turin, Gal. Sabauda ; importantes séries de toiles au K. M., au Belvédère et dans la coll. Harrach à Vienne ; Annonciation, 1733, Venise, S. Rocco). Les meilleures réalisations de cette époque sont ses peintures à fresque, et en particulier celle qui se trouve au-dessus du portail de l'église du Gesù Nuovo à Naples avec Héliodore chassé du Temple (1725 ; modèle au musée de Toledo, U. S. A. et tableau de même sujet au Louvre). Cette période de l'activité de Solimena eut une influence considérable sur les peintres locaux, de De Mura à Bonito et à Celebrano, influence qui sera à l'origine de l'orientation académisante du xviiie s. napolitain, qui trouve son point d'aboutissement dans les modes du Néo-Classicisme naissant. Mais, à partir de 1732-33, Solimena retourne, de façon inattendue, au " ténébrisme " véhément de sa première maturité ; des empâtements aux larges accords chromatiques contrastés le libèrent de la manière précédente.

Solimena donne à ce moment — par l'intensité du coloris et la pénétration psychologique — quelques-uns des meilleurs portraits de la peinture napolitaine : Autoportrait (Naples, museo di S. Martino), Portrait d'un chevalier de l'ordre de Saint-Janvier (Naples, coll. Gaetani) et le Portrait de la princesse impériale de Lusciano (Naples, coll. Pisani). Son œuvre influença toute la peinture napolitaine de l'époque ainsi que la sculpture et l'architecture. Outre celles qui sont citées, les peintures de l'artiste, fort nombreuses, sont conservées dans plusieurs autres églises de la région de Naples, à Capodimonte, au museo di S. Martino et dans les coll. part. napolitaines ainsi que dans d'autres musées (Brera ; Rome, G. N. ; Dresde, Gg ; musée de Budapest ; Londres, N. G. ; Liverpool, Walker Art Gal. ; Oxford, Ashmolean Museum ; musée de Cleveland ; Metropolitan Museum ; musées de Chambéry, de Montargis, de Toulouse, du Havre ; Mauritshuis ; musée de Cordoue ; Prado ; Escorial). L'Albertina, le British Museum et le museo di S. Martino de Naples conservent des séries de dessins de Solimena.