En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pieter Snyers

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et graveur flamand (Anvers 1681  – id. 1752).

Il apprit le dessin à l'Académie de sa ville natale et se forma comme peintre dans l'atelier d'Alexander Van Bredael, où il entra en 1694. Il devint maître de la gilde de Saint-Luc à Anvers en 1707. Un peu plus tard, il fit, entre 1720 et 1726, un séjour en Angleterre où il ne peignit que des portraits. Il se maria en 1726 avec Marie-Catherine Van der Boven et il acheta en 1739 une maison à la place de Meir à Anvers. Il possédait une importante collection de tableaux flamands et hollandais, qui fut vendue à Anvers en 1752. Il fut surnommé " le Saint " à cause de sa piété. Ses œuvres, pour la plupart de petit format, représentent des paysages, des portraits, des scènes de genre, des fleurs et surtout des natures mortes curieusement archaïsantes qui firent sa célébrité : Un pèlerin (musée d'Abbeville), le Nid (musée d'Anvers), Cerf dévorant une tête de bœuf (musée de Liège), Une marchande (Rijksmuseum), Légumes et fruits (Louvre). Un curieux Autoportrait ( ?) [1647, coll. part.] de la fin de sa vie le présente étrangement jeune, avec, autour de lui, les matières premières de ses natures mortes et les tableaux de sa collection, dont un Aert Van der Meer qui existe encore.

Son neveu Pieter-Jan (Anvers 1696 – id. 1757) fut son élève. Spécialiste de sujets de chasse, il posséda aussi une riche collection de tableaux de l'école flamande.