En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Walter Sickert

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre anglais (Munich 1860  – Bath 1942).

Il était le fils d'Oswald Adalbert Sickert, peintre et illustrateur d'origine danoise. Sa famille se fixa définitivement à Londres en 1868 et il se forma à la Slade School (1881), travaillant sous la direction de Whistler (1882-1885) qui, en 1883, lui fit connaître Degas. Ce dernier devait être l'ami autant que le modèle de Sickert, et ces deux peintres peuvent être considérés comme ses maîtres. En 1885, Sickert commença à passer l'été à Dieppe, où il connut J.-E. Blanche et où il vécut de 1899 à 1905. Il laissa de nombreuses vues de cette ville : le Boulevard Aguado (Paris, M. N. A. M.), l'Hôtel royal, l'Église Saint-Jacques, l'Église Saint-Remy (musée de Dieppe), importante série de dessins et d'aquarelles au musée de Rouen, Boutique à Dieppe (1902, Glasgow, Hunterian Art Gal.), Baigneurs, Dieppe (v. 1902-1903, Liverpool, Walker Art Gal.), Rue Notre-Dame (1902), le Café des tribunaux (Ottawa, N. G.), le Café des tribunaux (v. 1890, Londres, Tate Gal.), les Arcades de la Poissonnerie (v. 1900, id.), l'Église Saint-Jacques (v. 1899, id.), la Statue de Duquesne (v. 1902, id.). À cette même époque, il fit de longs séjours à Venise, décrivant aussi bien les monuments que le petit peuple vénitien : Fille vénitienne (musée de Rouen), la Piazzetta (v. 1901, Londres, Tate Gal.), la Salute (v. 1901-1903, id.), Intérieur de Saint-Marc (1896, id.), Saint-Marc, Venise (1895-96, id.), la Femme dans une gondole (1905), Saint-Marc (Oxford, Ashmolean Museum). Il revint à Londres en 1905, travailla surtout dans le cercle des graveurs de Camden Town et devint la principale figure au milieu de jeunes peintres attirés par l'Impressionnisme français (1907-1914). Pendant un court moment, il fut à la tête de l'avant-garde anglaise, mais les expositions postimpressionnistes de Roger Fry et la pénétration du Fauvisme et du Cubisme à Londres le mirent v. 1914 dans une situation plus isolée. Sickert commença, en 1915, à exposer à la Royal Academy, dont il fut élu membre associé en 1924 ; académicien en 1934, il démissionna cependant l'année suivante. Il préféra alors vivre hors de Londres, dans des villes de province telles que Bath, Broadstairs et Brighton.

Ses premières œuvres sont d'une tonalité sombre. Sickert aimait particulièrement le music-hall victorien, qui lui fournit les sujets de ses meilleurs tableaux : le Music-hall (musée de Rouen), le Théâtre du Vieux Bedford (Ottawa, N. G. ; Cambridge, Fitzwilliam Museum), le Théâtre du Nouveau Bedford (1915-16, Tate Gal.). Les intérieurs sordides de la classe ouvrière, montrant parfois des nus vautrés sur des lits de fer, caractérisent sa période de Camden Town, mais l'artiste présente par ailleurs des analogies avec l'intimisme de Bonnard et de Vuillard (Ennui, 1913-14, Tate Gal.). Ses tableaux ultérieurs, beaucoup plus colorés apr. 1915, eurent surtout pour motifs des personnages et des vues architecturales ; ils furent parfois exécutés directement d'après des gravures victoriennes ou des photographies qu'il interpréta en fin de carrière avec autant de liberté qu'il avait utilisé les dessins dans sa jeunesse. Sickert fut un professeur réputé, et ses écrits sur l'art dénotent une critique incisive.

Le centenaire de sa naissance en 1960 a été marqué par une importante exposition à la Tate Gal. Sickert est représenté dans les musées anglais : à Cambridge (Fitzwilliam Museum), à Oxford (Ashmolean Museum), à Londres (Courtauld Inst.), à Manchester (City Art Gal.) et surtout à la Tate Gal.