En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Christian Seybold

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Mayence 1697  – Vienne 1768).

Autodidacte, il pratique le portrait à l'huile et au pastel, utilisant la même facture que Denner. Ses visages sont peints sur cuivre ou sur toile avec une précision, une minutie et une finition " qui va jusqu'à l'expression des pores " (Hagedorn). Ses portraits, têtes ou figures à mi-corps, étaient tout aussi recherchés que ceux de Denner. Établi à Vienne, Seybold devient membre de l'Académie. En 1747, il peint 5 Têtes pour l'Électeur de Saxe (Dresde, Gg). En 1749, il est nommé peintre du cabinet de l'impératrice. Il affectionne les plis zigzagants et les bordures d'étoffes ondulantes, qui mettent en relief la douceur du modelé des visages : Portraits d'un garçon et d'une fillette (Vienne, Österr. Gal.). Parmi ses nombreux Autoportraits, ceux du Louvre et de la coll. Liechtenstein (Vaduz) sont considérés comme les plus réussis. Avec l'Homme au fromage (musée de Budapest), Seybold rejoint, à travers la caricature, la scène de genre populaire. Ses tableaux ont souvent été imités par J. G. Hoch.