En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Fernand Berckelaers, dit Michel Seuphor

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Poète, écrivain et peintre français d'origine belge (Anvers 1901-Paris 1999).

Fernand Berckelaers est d'abord connu en Flandre comme poète et directeur de la revue Het Overzicht (" le Panorama "), qu'il a fondée en 1921 avec Geert Pijnenburg. Cette revue littéraire et humaniste, qui comprendra 24 numéros jusqu'en 1925, se consacrera de plus en plus aux arts plastiques et à la musique. Dès 1923, Michel Seuphor rencontre à Paris Piet Mondrian, dont il deviendra l'ami après son installation dans la capitale française, en 1925. Dans les années 20, Michel Seuphor fait ainsi la connaissance de l'ensemble du milieu artistique et littéraire de l'avant-garde internationale, des cubistes aux dadaïstes, des futuristes aux constructivistes, ainsi que des membres du mouvement De Stijl. Michel Seuphor dirige en 1927 les documents internationaux de l'Esprit nouveau avec Paul Dermée et Enrico Prampolini, puis crée en 1929 avec Joaquin Torrès Garcia une association, Cercle et carré, qui cherche à regrouper les peintres sculpteurs, architectes, poètes, musiciens de l'avant-garde internationale. Ce mouvement s'exprimera par l'intermédiaire d'une revue du même nom, qui comprendra trois numéros, parus en 1930, et d'une exposition présentée la même année à Paris. Parallèlement à cette activité, Michel Seuphor commence son œuvre de peintre en réalisant ses premières œuvres abstraites en 1926 et néo-plastiques en 1929. Il mènera ensuite son activité littéraire (les Évasions d'Olivier Trichmansholm, Paris, 1937), d'historien (l'Art abstrait, ses origines, ses premiers maîtres, Paris, 1948 ; son livre fondamental sur Mondrian paraît en 1956) et d'essayiste (le Style et le cri, Paris, 1955) en même temps que son œuvre d'artiste plasticien. Celle-ci est dominée par l'utilisation exclusive du dessin à la plume et à l'encre de Chine sur papier, où sont parfois intégrés des éléments de papier collé et qu'il appelle " dessins à lacunes ". Dans le clair-obscur obtenu par un réseau de lignes horizontales parallèles plus ou moins serrées apparaissent des formes généralement abstraites en réserve et qui évoquent des réalités intérieures. En 1977, le Gemeentemuseum de La Haye et le centre Georges-Pompidou ont organisé une grande rétrospective de l'œuvre de Michel Seuphor.

Ses dessins ont été présentés à Paris (gal. Denise René) en 1992.