En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Victor Servranckx

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre belge (Diegem 1897  – Vilvoorde 1965).

Après avoir étudié à l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles, Servranckx pratique dès 1917-1919 une peinture marquée par le Symbolisme. De 1923 à 1926, s'inspirant de l'esthétique de la machine, il peint des œuvres qui s'apparentent aux " Mauerbilder " de Willi Baumeister, aux compositions puristes d'Ozenfant et Jeanneret et à la période machiniste de Fernand Léger. Ses tableaux, tels que Opus 47 (1923, Bruxelles M. R. B. A.) ou Opus 55 (1923, musée de Grenoble), montrent des compositions qui utilisent l'horizontale et la verticale, des aplats de couleurs et des contrastes de formes qui engendrent tout un jeu de rythmes. Il exécute aussi à ce moment-là des sculptures. Il conserve parallèlement une activité professionnelle dans une usine de papier peint. Servranckx est l'un des tout premiers artistes belges engagés dans la voie de l'abstraction. Lié avec Marinetti, Van Doesburg, Marcel Duchamp (qui le fait participer à l'exposition de la Société anonyme à New York) et Moholy-Nagy, il fait partie du milieu de l'avant-garde internationale. Il est cofondateur de la revue 7 Arts, créée en 1922 par Victor et Pierre Bourgeois. Après 1926, marqué par le Surréalisme, il va peindre des tableaux représentant des visions fantastiques d'espaces cosmiques. Mais, en 1950, il retrouve l'esthétique du Constructivisme. À plusieurs reprises, Servranckx a fait des incursions dans le domaine des arts industriels et décoratifs, en réalisant l'arrangement d'un pavillon à l'exposition des Arts décoratifs à Paris en 1925 avec l'architecte Huib Hoste, en créant des motifs pour des papiers peints et des tissus imprimés ou encore en réalisant des cartons de tapisserie. En 1936, il a exécuté une peinture murale de 550 m² pour l'Institut national de radiodiffusion belge. Servranckx a été également professeur à l'école des Arts décoratifs d'Ixelles. Le palais des Beaux-Arts de Bruxelles lui a consacré une rétrospective en 1947 et le musée d'Ixelles, une exposition de plus de 200 œuvres l'année de sa mort. Victor Servranckx est représenté dans les musées belges et dans de nombreuses collections publiques et privées d'Europe et d'Amérique.