En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Serra

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Famille de peintres espagnols.

Le panorama pictural de Barcelone est dominé dans la deuxième moitié du xive siècle par la famille Serra. Ils étaient 4 frères peintres : Francesco, Jaime, Pedro et Joan, collaborant en certaines occasions ou bien travaillant indépendamment en d'autres.

Francesco (documenté à Barcelone de 1350 à sa mort en 1361). C'est le frère aîné ; il n'a laissé aucune œuvre qui puisse lui être attribuée avec certitude. Cependant, il peut être identifié comme l'auteur d'un groupe d'œuvres réunies autour du Retable de la Vierge (Barcelone, M.A.C.) provenant du monastère de Sigena. Les scènes, inspirées des Bassa, sont plus conventionnelles et chargées d'éléments descriptifs et vivement colorés.

Jaime (documenté de 1358 à 1389 ou 1395). Sa personnalité artistique peut se définir grâce au Retable de la Vierge que lui commanda Fray Martín de Alpartir, en 1361, pour être placé près de sa tombe dans le couvent du Saint-Sépulcre à Saragosse. Au mysticisme latent s'ajoute un accent pittoresque comme dans la Descente aux enfers avec les mâchoires du monstre se refermant sur les réprouvés. Par analogie, on lui attribue le Retable de saint Étienne (Barcelone, M.A.C.), 5 panneaux subsistant du Retable de la Vierge (église de Palau de Cerdagne) et la Cène (Palerme, G.N.). Fidèle aux formules de Destorrents, l'art de Jaime est plus suave et dépouillé.

Pedro (documenté de 1357 à 1406). À partir de 1357, il fit son apprentissage pendant 4 ans dans l'atelier de Ramón Destorrents ; de 1363 à 1389, il travailla en association avec son frère Jaime. Les 2 œuvres, authentifiées par un contrat et actuellement conservées, sont postérieures à la mort de Jaime ; elles permettent de connaître le style de sa maturité : le Retable du Saint-Esprit (1394, Manresa, collégiale S. Maria), vaste cycle narratif (19 panneaux, sans compter quelque 30 personnages ornant les pilastres) qui déroule l'histoire du monde depuis la création pour aboutir à la Pentecôte ; ce sont des miniatures agrandies, nobles et douces, mais toujours statiques dont les couleurs dominantes (rouge, mauve et vert) s'harmonisent avec le fond d'or traditionnel. Saint Barthélemy et saint Bernard (1395, musée de Vich), panneau central d'un retable exécuté pour les dominicains de Manresa, révèle l'influence de Borrassa. Antérieurement, on peut lui attribuer plusieurs peintures telles que la prédelle de Saint Onuphre (Barcelone, musée de la cathédrale), le Retable de saint Julien et sainte Lucie (Saragosse, couvent du Saint-Sépulcre). Il semble être le créateur d'un type de Vierge rêveuse au visage triangulaire et aux yeux en amande, que l'on retrouve dans l'Annonciation (Milan, Brera), le Retable de la Pentecôte (église S. Llorenc de Morunys), et la Vierge assise, entourée d'anges musiciens (Barcelone, M.A.C.). Il faut également mentionner le Retable d'Abella de la Conca et celui de Tous les saints à S. Cugat del Vallès.

Joan (documenté de 1365 à sa mort en 1386). Associé avec ses trois frères, il semble avoir joué un rôle mineur dans l'atelier et il n'est pas possible actuellement d'identifier sa participation.