En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Andrea Semino

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Gênes v. 1526  – id. 1594).

Formé avec son frère Ottaviano à l'école de son père Antonio, il se perfectionna dans le milieu maniériste romain. De retour à Gênes v. 1552, il dut longtemps se contenter de continuer la production paternelle de tableaux d'autel, face à la concurrence de Luca Cambiaso et de G. B. Castello. Il put enfin révéler après 1560 ses dons de dessinateur et de décorateur, rompu aux compositions romanistes, avec la décoration du palais Tommaso Spinola (Pessagno, puis Pallavicini), remportant un grand succès, et asseoir sa renommée avec les tableaux de la chapelle Paride Pinelli à l'Annunziata Vecchia de Portoria (Nativité, Annonciation aux bergers, Songe de Joseph). Il devint alors le peintre le plus actif de Gênes, collaborant également aux entreprises décoratives de son frère, à Gênes (palais Cambiaso, apr. 1565) et à Milan (palais De Marini, 1571-1575). De retour à Gênes en 1575, il sut le premier répondre aux nouvelles exigences d'un milieu touché par la Contre-Réforme, devenant le peintre des Immaculées Conceptions (Gênes, Gal. di Palazzo Bianco), qu'il représente parfois aussi dans ses peintures dévotes (le Sauveur, saint Matthieu, saint Maur, le doge Niccolò et la princesse Aurelia Grimaldi, Gênes, S. Matteo).