En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacob Seisenegger

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre autrichien (Basse-Autriche 1505  – Linz 1567).

On ignore tout de sa jeunesse. Il reçut peut-être une formation de miniaturiste. Son style le montre en contact étroit avec l'école du Danube. Nommé en 1531 peintre de cour du roi Ferdinand de Bohême et Hongrie, empereur de 1558 à 1564, Seisenegger resta toute sa vie à son service, puis à celui de son successeur, malgré des offres brillantes et une situation matérielle parfois difficile. Tenu à la cour d'Autriche pour le plus grand portraitiste de son temps, envoyé en mission à travers toute l'Europe, il fait plutôt figure de fabricant de portraits que d'artiste inventif et original. L'ensemble de sa production laisse une certaine impression de monotonie, avec des défaillances et des laisser-aller. Seisenegger a cependant produit quelques œuvres admirables, comme le Portrait de noble (San Francisco, M. H. De Young Memorial Museum) ou le Portrait de Georges Fugger (Allemagne, coll. part.). Avec son Portrait de Charles Quint de 1532 (Vienne, K. M.), repris par Titien, il a lancé la formule officielle des portraits en pied des membres de la maison d'Autriche.