En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Armand Seguin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Paris 1869  –Châteauneuf-du-Faou 1903).

Il fait ses études à l'académie Julian et découvre dès 1889 les œuvres de Gauguin à l'exposition du groupe impressionniste et synthétiste au café Volpini à Paris (les Plaisirs de la vie, 4 toiles, v. 1890-91 ; les Trois Bretonnes). L'artiste expose pour la première fois en mars 1893 au Salon des artistes indépendants (la Gare de Valmondois, 1893) avant d'avoir sa propre exposition en 1895 chez Le Barc de Bouteville à Paris. Il abandonne alors l'Impressionnisme pour le Synthétisme des Nabis, mais son expression graphique reste très personnelle (Portrait de la comtesse d'Hauteroche, 1896). En 1903, Seguin écrit pour la revue l'Occident, que dirige Maurice Denis, trois articles sur la constitution et les buts du groupe de Pont-Aven et en apparaît alors comme le chroniqueur. Vollard lui commande v. 1900 les illustrations pour Gaspard de la nuit, d'Aloysius Bertrand, dans lesquelles il abandonne la pratique linéaire sinueuse des symbolistes pour un dessin plus inspiré de Dürer ou de Rembrandt. Ses peintures, peu nombreuses et très dispersées, ont été exposées en avril 1981 au Davidson Art Center de Middletown et en 1989 au musée de Pont-Aven lors de rétrospectives Armand Seguin. Le musée d'Orsay conserve un portrait (Gabrièle Vien, 1893, inachevé).