En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Scott

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintres britanniques.

David (Édimbourg 1806  – id.  1849). Fils du graveur Robert Scott, il étudia à Rome et à Paris (1832-1834) avant de revenir s'établir à Édimbourg (A. R. A. en 1830, il fut élu membre de la Royal Academy en 1835). Romantique à l'imagination débordante et morbide, grand admirateur de Blake, il ne connut le succès ni avec ses œuvres symboliques (suite d'eaux-fortes : Monograms of Man, Édimbourg, 1831), ni avec ses illustrations de Shakespeare (Lutin s'envolant à l'aurore, Édimbourg, N. G.), ni avec sa peinture historique (les Russes enterrant leurs morts, 1832, Glasgow, Hunterian Art Gal. ; Philoctète dans l'île de Lemnos, 1840, Édimbourg, N. G. ; la Porte du traître, 1842, id. ; William Wallace, le défenseur de l'Écosse, 1844, Paisley, Museum and Art Gal. ; dessin à la N. G. d'Édimbourg), ni enfin avec ses portraits (le Docteur Samuel Brown, 1844, Édimbourg, N. G.).

Son échec en 1843 pour tenter de participer à la décoration du Parlement le laissa brisé, comme Haydon, et il mourut en déplorant que l'on n'ait pas eu recours au génie dont il se croyait habité.

William Bell (Édimbourg 1811 – Penkill Castle 1890). Frère du précédent, formé comme graveur, également peintre et poète, il forme un lien entre les débuts du Romantisme anglais et les préraphaélites. Établi à Londres en 1837, il y connut Frith, Dadd, Egg mais quitta la capitale pour Newcastle en 1843. Il y avait été comme directeur de la Government School of Design à la suite de son échec au concours du Parlement, poste qu'il occupa jusqu'en 1864. Il resta en contact avec l'avant-garde londonienne, notamment par le biais de Rossetti, qu'il avait rencontré en 1847, et publia ainsi dans le Germ. Il fut aussi le conseiller du célèbre collectionneur James Leathart (1820-1895), un industriel qui soutint les préraphaélites à partir de 1859.

Cependant, son long séjour à Newcastle restreignit son influence, et sa peinture resta toujours entachée d'une certaine crudité : Fer et charbon (1855-1860, Wallington Hall, Northumberland, série peinte pour cette résidence des Trevelyan sur le thème de l'histoire du Northumberland ; esquisse à Londres, V. A. M.), Dürer à Nuremberg (1854, Édimbourg, N. G.), le Tombeau de Keats à Rome (1873), le Tombeau de Shelley à Rome (1873, tous deux à Oxford, Ashmolean Museum).