En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Emil Schumacher

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Hagen  1912-San José, Ibiza, 1999).

Après avoir fréquenté l'École des arts décoratifs de Dortmund (1932-1935), il voyage dans divers pays d'Europe. Son évolution fut d'abord entravée par la mise en tutelle politique de l'art ; ses premières toiles et lithographies se réclament de l'Expressionnisme (il rencontre C. Rohlfs en 1937). Ce n'est qu'après 1945 qu'il peut s'orienter vers la peinture abstraite. Des réminiscences cubistes se font jour dans certaines compositions, qui se résolvent en surfaces colorées. À Paris en 1951, Schumacher retrouve dans la " peinture informelle  " sa propre conception de la couleur, qu'il considère comme un élément de la création, accentuant le traitement matiériste de la surface picturale, ainsi que l'intégration du geste linéaire (Dionysian, 1952, Karl Ernst Osthaus Museum, Hagen ; Gibbo, 1957). Pour accentuer le relief des surfaces, il soumet le fond à un traitement particulier et réalise ses " objets plastiques " (Tastobjekte), formes composées de papiers, d'asphalte ou de morceaux de métal. Plus tard, ses tableaux feront appel seulement à deux ou trois couleurs étalées en vastes et éclatantes surfaces, travaillées dans la matière, souvent traversés par des lignes noires et des griffures (Abanga, 1962). Une ligne sombre et irrégulière parcourt et divise les taches monochromes. La destruction de l'homogénéité de la surface est poussée à l'extrême dans les " tableaux au marteau " (1966-67) [Clomp, 1966] : l'artiste martèle par endroits la surface d'un panneau de bois avant de le peindre. L'emploi de couleurs intenses, l'application de divers matériaux adhérents et la destruction de l'unité de la surface constituent les éléments essentiels de la peinture de Schumacher. L'année 1969 voit l'émergence du thème de l'arc, longue ligne courbe de peinture noire qui traverse l'œuvre de Schumacher jusqu'à aujourd'hui, souvent accentuée de coulures sur des surfaces de matière déchirée (Macumba, 1973-74, Düsseldorf, K. N. W.), certaines œuvres incorporant des fonds de métal ou des pierres (Petros I, 1976). À partir de 1971, il effectue de fréquents séjours à Ibiza (Baléares), où il réalise de très nombreux travaux sur papier. Schumacher est professeur à l'École des beaux-arts de Karlsruhe de 1966 à 1977 et membre de l'Académie des arts de Berlin depuis 1968. Éminent représentant de l'art informel allemand, une rétrospective de son œuvre a été présentée en 1984 à la Kunsthalle de Brême, et ses peintures des années 1980 à Berlin, N. G. en 1988, et ses œuvres sont conservées dans divers musées et coll. part. d'Allemagne et de l'étranger : Berlin, Belgrade, Cologne, Düsseldorf (K. N. W. : Grand Tableau rouge, 1965), Essen, Dortmund, Hagen (Composition en bleu, 1952), Hambourg, Hanovre, Londres, Lyon, Munich, New York (Guggenheim Museum : Florian, 1960), Oslo, Pittsburgh, Prague, Stuttgart, Vienne.