En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Georg Schrimpf

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Munich 1889  – Berlin 1938).

En 1902, apprenti boulanger à Passau, Schrimpf décide de parcourir la Belgique, la France et la Hollande en exerçant divers métiers. En 1913, la colonie d'artistes Fontana Martini l'accueille quelques mois au bord du lac Majeur. Il commence à peindre d'après nature et s'inspire des maîtres anciens, réalisant plusieurs copies de Michel-Ange et de Raphaël. En 1915, au moment de son établissement à Berlin, la revue Die Aktion publie ses dessins, et la galerie Der Sturm présente ses premières huiles de style impressionniste : l'artiste est alors vivement influencé par les peintures d'animaux de Franz Marc. En 1918, de retour à Munich, il devient membre du Novembergruppe et, en 1921, de la Nouvelle Sécession à Berlin. Ses œuvres révèlent l'influence des primitifs allemands et italiens, des Nazaréens et du Douanier Rousseau. Son style est empreint de néo-romantisme : femmes à la fenêtre (Jeune Fille à la fenêtre, le matin, 1925, Bâle, Kunstmuseum), mères et enfants (Enfant jouant, 1923), paysages idylliques (Paysage de la forêt bavaroise, 1933, Munich, Staatsgemäldesammlungen) dans la tradition de Runge et de Friedrich... Ses représentations de figures féminines pensives, absentes (Jeune Fille assise, 1923) illustrent le thème de la solitude et de la mélancolie. En 1922, il séjourne en Italie et rencontre les artistes de Valori Plastici, notamment Carrà, qui lui consacre une monographie en 1924. En 1925, l'exposition de la Nouvelle Objectivité organisée par la Kunsthalle de Mannheim accueille certaines de ses œuvres. En 1927, Schrimpf est nommé professeur de décoration murale à l'école des Arts décoratifs de Munich et enseigne, à partir de 1933, à l'Institut d'éducation artistique de Berlin. La même année, il participe à l'exposition " Nouveau Romantisme allemand " à la Kestner Gesellschaft de Hanovre. Sa mort survient en 1938, peu de temps après qu'il a été destitué de son poste officiel par les nazis. Son œuvre est caractéristique du Réalisme magique, l'aile droite de la Nouvelle Objectivité, qui, comme l'a défini G. F. Hartlaub, " conservatrice jusqu'au classicisme, s'enracine dans l'intemporel ".