En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Karl Friedrich Schinkel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Architecte et peintre allemand (Neuruppin 1781  – Berlin 1841).

Schinkel, l'architecte le plus éminent en Allemagne au xixe s., créera aussi comme peintre des œuvres d'une qualité exceptionnelle, bien que sa formation ait été exclusivement autodidacte. Il ramène à Berlin de nombreux dessins de paysage réalisés au cours d'un voyage en Italie de 1803 à 1805 (Berlin, Schinkel-Pavillon). La défaite que Napoléon inflige à la Prusse en 1806 limite son activité d'architecte et lui permet de se consacrer à la peinture. De 1803 à 1813, l'artiste crée chaque année un grand paysage panoramique ou dioramique. En 1810, il rencontre Friedrich à Berlin. En 1813, il décore l'appartement du commerçant Humbert de 6 grands paysages (autref. à Berlin, N. G., détruits en 1945). Schinkel fit aussi, à partir de 1816, des projets de décors pour 42 spectacles de théâtre. Les projets pour la Flûte enchantée de Mozart sont particulièrement célèbres (le Palais de la reine de la nuit, gouache, musées de Berlin). La Vue sur l'épanouissement de la Grèce (1825, autref. à Berlin, N. G., détruite en 1945) est considérée comme l'œuvre la plus importante de l'époque tardive. À partir de 1828, l'artiste se consacre à des projets de décorations murales pour l'Altes Museum de Berlin. Les paysages de Schinkel révèlent un sentiment très vif des effets de lumière influencé par Friedrich (la Porte de rocher, 1818, musées de Berlin). L'architecture du Moyen Âge joue un rôle important dans la plupart de ses tableaux et contribue à leur donner un caractère mystique et visionnaire (Cathédrale gothique au bord de l'eau, 1813, copie à Munich, Neue Pin. ; Monument funéraire de la reine Louise, 1810, musées de Berlin).