En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Emil Jakob Schindler

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre autrichien (Vienne 1842  – Westerland, Sylt, 1892).

À l'Académie de Vienne, où il fait des études dans l'atelier d'Albert Zimmermann (de 1860 à 1869), Schindler se distingue, par des dons brillants, de ses camarades E. Jettel, R. Ribarz et R. Russ. Il continue de se former en autodidacte en étudiant les maîtres néerlandais et l'école de Barbizon, mais il ne découvrira son coloris personnel qu'après avoir connu les côtes méditerranéennes et ses paysages insulaires. Sa palette devient alors claire, lumineuse, sa technique fluide jusqu'au glacis excelle dans les effets d'eau et de ciel (Moulin à Gdïsern, 1883, Vienne, Österr. Gal.), et le dessin s'efface au profit de la couleur. Il vagabonde de son atelier du Prater dans les prairies du Danube, puis le Wienerwald devient son thème de prédilection après son installation à Plankenberg, en 1885. Les peintures de Schindler sont toujours déterminées par un " motif ", qui se révèle dans le choix du format ou qui s'explique par une légende. Dans son tableau Station du bateau à vapeur à Kaisermühlen sur le Danube (v. 1872, Vienne, Österr. Gal.), le paysage est magnifié par la lumière d'une fin d'après-midi d'été. Une forêt de hêtres à Plankenberg (1891, Vienne, Niederösterreichisches Landesmuseum) traduit sobrement le charme d'un sous-bois où se glisse le soleil. La poétique très particulière de ce peintre a été comprise par son élève préféré, Carl Moll. C'est à Vienne (Österr. Gal.) que se trouvent conservées le plus grand nombre de peintures de Schindler.