En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mario Schifano

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Homs, Syrie, 1934-Rome 1998).

À la suite d'expériences monochromes, Schifano devient l'un des principaux représentants de la jeune génération pop romaine (Propagande Coca-Cola, 1962). En 1962, il commença une série d'œuvres expérimentales liées à la photographie ; dans ces peintures, la fixité anonyme de la photo est reprise au moyen de l'insertion de faux reportages photographiques figés sur de larges carrés monochromes (Chiamato Sign of Energy, 1961, Paris, gal. Sonnabend). Les œuvres plus récentes indiquent une tentative d'intégrer l'expérience pop à un contexte culturel plus étendu. La " nouvelle objectivité " de ses tableaux reportages joint la technique froide et impersonnelle du compte rendu exact d'un détail de la réalité à des motifs se référant aux " avant-gardes historiques " (Futurisme et Suprématisme en particulier, comme dans le tableau Futurismo rivisitato, qui renvoie de façon explicite à Malevitch). De ces mêmes motifs sont issus ses très récents " paysages " (série " Omaggio alla Natura "), dans lesquels l'élément naturel devient objet, soumis à une interprétation ironique et démystificatrice (Grande Particolare di paesaggio italiano a colori, 1963 ; Vero Amore, 1965 ; Oasi, 1967). À partir de 1978, ses tableaux délivrent des images plus simples (palmiers, chevaux, danseuses), lui permettant de réenvisager un rapport à la figure. Schifano a également réalisé plusieurs films. Il fit sa première exposition personnelle à Rome en 1963 puis se manifesta fréquemment à Rome, à Milan et à Paris. Il a également participé à la Biennale de Venise en 1964.