En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Gottlieb Schick

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Stuttgart 1776  – id. 1812).

De 1787 à 1794, Schick poursuit des études à la Karlsschule de Stuttgart ; à partir de 1795, il travaille dans l'atelier de Hetsch, puis, dès 1797, dans celui de Dannecker. De 1798 à 1802, il approfondira sa formation classique dans l'atelier de David à Paris, aux côtés d'Ingres. Il rencontrera Mme de Staël et Mme Récanier chez Humboldt. Après un court séjour à Stuttgart en 1802, il part pour Rome. Le style de ses tableaux d'histoire et de ses portraits évolue dans le sens d'un héroïsme plus pittoresque et bourgeois, dans l'esprit de Carstens que Koch lui a transmis. Lui-même influencera Koch par sa nouvelle technique des glacis colorés, qu'il a apprise auprès de l'Américain W. Allston, élève de Benjamin West. En 1811, il revient à Stuttgart. Il est l'auteur de tableaux d'histoire et de paysages dans lesquels il introduit des figures mythologiques : son Apollon parmi les bergers (1806-1808, Stuttgart, Staatsgal. ; esquisse au musée de Weimar) est le plus célèbre dans ce genre. Il a également exécuté des portraits, dont le plus remarquable est celui de Madame Dannecker (1802, musées de Berlin). Il a aussi fait ceux de Humboldt et de beaucoup de ses relations à Rome, mais ce fils de tailleur et cabaretier ne se sentira jamais à l'aise dans le milieu artistique allemand, cultivé et raffiné. Il est représenté au W. R. M. de Cologne (Ève, 1800) et surtout à la Staatsgal. de Stuttgart (David et Saül, 1802 ; Sacrifice de Noé, 1805). Une exposition a été consacrée à Schik à la Staatsgal. de Stuttgart en 1976.