En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Giorgio Gregorio di Tomaso Chiulinovitch, dit lo Schiavone

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Scardona, Dalmatie, v. 1434  – Sebenico 1504).

Ce Dalmate, ou " esclavon ", est le disciple le plus proche de Squarcione, dont il suit le style sur un mode plus subtil. On ignore tout de ses débuts et c'est surtout son séjour à Padoue et sa participation au mouvement squarcionesque qui ont été retenus. Les Saints (volets d'un triptyque, dont le centre, une Madone, est à Berlin) du dôme, puissamment modelés comme des sculptures, contrastent avec le délicat paysage du fond ; l'artiste respecte les lois de la composition des Florentins, mêlant à des archaïsmes gothicisants complaisamment accentués les nouveautés toscanes. Des liens évidents l'unissent à Crivelli et à Marco Zoppo, avec qui il partage l'influence de Mantegna. La Vierge à l'Enfant de la Gal. Sabauda de Turin comme celle de la W. A. G. de Baltimore sont typiques du goût de ces artistes pour les lourds encadrements, abondamment moulurés, coupés de guirlandes, pour les coraux, les découpes du métal et un expressionnisme raffiné. Une Madone à l'Enfant avec deux saints du musée Jacquemart-André à Paris (qui conserve également de lui un Portrait d'homme de profil) et un Polyptyque à la N. G. de Londres en témoignent également. En 1462, Schiavone retournait en Dalmatie. Après un deuxième séjour à Padoue (1474), il revint en Dalmatie. On sait peu de chose sur la dernière période de son activité.