En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-Frédéric Schall

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et dessinateur français (Strasbourg 1752  – Paris 1825).

Après avoir reçu une première formation à l'École publique de dessin de Strasbourg, il se rend à Paris en 1772 ; il est protégé par Eberts et Wille, par Meyer à Ermenonville, puis par Jean-Baptiste Lemoyne. Élève de N. R. Jollain en 1775, de Lépicié fils de 1776 à 1779, il devient peintre de sujets galants dans la manière de Fragonard et de Debucourt. C'est ainsi qu'il se plut à représenter des Danseuses (musées de Nantes et de Strasbourg ; Paris, musée Nissim de Camondo), qui firent sa renommée. La Révolution le porte aux sujets de circonstance, tel l'Héroïsme de Guillaume Tell (1793, musée de Strasbourg), mais l'Empire et la Restauration lui font reprendre, sa clientèle étant revenue, ses thèmes favoris avec parfois un accent néo-classique et romantique. Il est principalement représenté au musée de sa ville natale : la Frayeur maternelle, les Petites Espiègles, la Promenade.