En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alberto Savinio

pseudonyme d'Andrea De Chirico

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et écrivain italien (Athènes 1891  – Rome 1952).

Il fut musicien et homme de lettres avant d'être peintre, et se forma, comme son frère Giorgio, à Athènes et à Munich. À Paris en 1914, il rencontre Picasso, Breton, Apollinaire, Cendrars et Cocteau, et collabore aux Soirées de Paris, puis, après la guerre, à la Revue surréaliste. Dans le recueil de poèmes le Chant de la mi-mort, il aborde le premier le thème du " mannequin ", motif clé de la peinture métaphysique, dont il fut l'un des fondateurs. Son roman, Hermaphrodite, paraît à Florence en 1918. Théoricien d'art, Savinio écrit dans les revues La Voce, La Ronda et Valori plastici, dans laquelle est publié un célèbre essai sur l'esthétique de la Peinture métaphysique. Il commence à peindre à Paris en 1927. Parti de l'expérience métaphysique et de principes très proches de ceux de De Chirico, il se tourne rapidement vers le Surréalisme. Étroitement lié à André Breton, il est en Italie le principal propagateur des idées du mouvement surréaliste et apparaît comme son interprète le plus significatif. Dans sa peinture, les thèmes freudiens se mêlent continuellement à des références littéraires ou mythologiques dans un climat onirique où alternent l'ironie et l'intellectualisme. Elle est issue de la démystification ironique de tout un répertoire archéologique : le Sommeil de la déesse (1930) ; l'Annonciation (1932, Milan, G. A. M.) ; Auto-portrait en hibou (1946, Turin, G. A. M.). Deux rétrospectives de l'œuvre de Savinio ont été organisées, en 1952 et en 1967, à Rome (G. A. M.), ainsi qu'à la Biennale de Venise de 1954. Ses tableaux sont conservés dans les G. A. M. de Rome, de Turin, de Milan.