En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Savery

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintres flamands.

Jacob I (Courtrai v.  1565  – Amsterdam 1602/1603). La présence de cet élève de Hans Bol est attestée en 1591 à Amsterdam. On connaît de lui nombre de dessins à la plume, fins et soignés, qui révèlent une grande affinité avec l'œuvre de Pieter Bruegel le Vieux (Londres, V. A. M. ; Paris, Inst. néerlandais ; Berlin, cabinet des Estampes ; Amsterdam, cabinet des Estampes), ainsi que quelques peintures de paysage, d'animaux et de genre, telle la Fille de Jephté (Rijksmuseum). Jacob I est le père de Jacob II (Amsterdam v. 1592 – id. apr. 1627).

Roelandt (Courtrai 1576 – Utrecht 1639). Il accompagna son frère aîné, Jacob I, à Amsterdam vers 1591, où il subit sans doute l'influence de Gillis III Van Coninxloo. En 1604, il était à Prague au service de l'empereur Rodolphe II et retrouvait des artistes flamands tels que Aegidius Sadeler, Georg Hoefnagel et Spranger. L'empereur le chargea de parcourir le Tyrol et d'en ramener des dessins, qui furent ensuite gravés par Sadeler et Matham et dont beaucoup subsistent encore (Albertina ; Paris, Inst. néerlandais et Louvre ; Stockholm, Nm ; Berlin, cabinet des Estampes) ; il lui donna aussi l'occasion de dessiner d'après nature les animaux entretenus dans son " jardin zoologique ". Ainsi, l'œuvre de Savery se trouve-t-elle définie : à part une Mise à sac de village (1604, musée de Courtrai), une Marche de cavaliers hongrois (Louvre), un Intérieur d'étable (1615, Rijksmuseum) et quelques tableaux de fleurs, prodigieux de poétique précision (1603, musée d'Utrecht), d'animaux (Rotterdam, B. V. B. ; musée d'Anvers) et de kermesses, elle est consacrée à la peinture de paysages fantastiques inspirés du Tyrol, animés de bêtes et d'oiseaux sauvages ou domestiques (Vienne, K. M. ; Ermitage ; Rijksmuseum ; Munich, Alte Pin. ; musées de Prague, de Bruxelles, de Hambourg, de Hanovre, de Courtrai, de Gand, de Verviers ; Hampton Court) et que soutient parfois le prétexte d'un épisode biblique ou mythologique : Élie nourri par les corbeaux (1634, Rijksmuseum), l'Arche de Noé (Dresde, Gg, et musée de Varsovie), le Paradis terrestre (Berlin-Est, Bode Museum, et Vienne, K. M.), Orphée charmant les animaux (Louvre ; musées d'Anvers et de Göttingen ; Mauritshuis ; Vienne, K. M.). Son style, délicieux, présente à travers les siècles quelque parenté avec celui du douanier Rousseau.

Après la mort de l'empereur en 1612, Savery passa quelques années à Vienne, à Munich et à Salzbourg, puis revint aux Pays-Bas. En 1618, il était à Amsterdam et à Haarlem, et, l'année suivante, il se fixa enfin à Utrecht, où il mourut fou en 1639. Il eut comme élèves Willem Van Nieulandt, Gillis Hondecoeter et A.Van Everdingen.