En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Peter Saul

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (San Francisco, 1934).

Une formation dans les universités américaines de Stanford, Californie (1949-50), San Francisco (1950-52) et Saint Louis (1952-56), mène Saul à un long séjour en Europe (Pays-Bas, 1956-58 ; Paris, 1958-62 ; Rome, 1962-64), où il se forge un style à la fois issu, par son aspect très pictural, et opposé, par un caractère figuratif affiné, de l'Expressionnisme abstrait. Nourri par la bande dessinée et les graffitis, Saul développe une thématique violente, pornographique ou scatologique dans des peintures exécutées dans un style bâclé (Sex Crime, 1964). À son retour à San Francisco, en 1965, il adopte les thèmes de la contestation hippy, opposition à la guerre du Viêt-nam, au racisme, à la société de consommation, qu'il traite avec une peinture à l'acrylique, sans bavures, en couleurs transparentes ou fluorescentes, présentant un étirement de figures molles, aux membres élastiques, accompagnés d'inscriptions descriptives (Little Joe in Hanoi, 1968). Après une série illustrant l'histoire d'Angela Davis dans des couleurs " technicolor ", Saul réinterprète à partir de 1975, dans des œuvres parodiques, les grands chefs-d'œuvre de la peinture, comme la Ronde de Nuit de Rembrandt ou Guernica de Picasso. Présent dans de nombreuses collections américaines, son œuvre a fait l'objet d'une rétrospective à De Kalb, University of Northern Illinois en 1980, ainsi que de présentations régulières à la galerie Allan Frumkin à New York depuis 1961.