En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Antonio Sant'Elia

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Architecte et dessinateur italien (Côme 1888  – Montefalcone 1916).

Diplômé, en 1905, des Ponts et chaussées, il travaille à Milan et poursuit des études d'architecture à l'Académie Brera (1911), où il rencontre un groupe de jeunes peintres qui détermineront son engagement dans l'avant-garde futuriste. Il participe, cette même année, à la fondation du groupe Nuove Tendenze. Ses dessins d'architecte, d'une remarquable valeur plastique, sont inspirés initialement par la Sécession viennoise et l'Art nouveau lombard. En publiant le " Manifeste futuriste de l'architecture " dans la revue Lacerba (1914), Sant'Elia confirme son approche visionnaire, mettant la monumentalité au service d'une conception prophétique de la cité moderne : dépouillement solennel des volumes, lignes obliques et elliptiques, formes légères et matériaux célébrant la modernité technologique (Centrale électrique, 1914). En juillet 1915, il s'engage sur le front avec ses amis futuristes Marinetti, Boccioni et Russolo. Il meurt au combat en octobre 1916, à l'âge de 27 ans. Si la plupart de ses projets d'architecture n'ont pas été réalisés, son œuvre graphique demeure intact et impose au débat architectural de l'après-guerre sa conception organique des grands ensembles urbains (Édifice monumental, Côme, Museo Civico).