En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Saftleven

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Famille de peintres néerlandais.

Cornelis (Gorinchem v.  1607  – Rotterdam 1681). Il est le fils de Herman II, le petit-fils de Herman I, le frère de Herman III et d'Abraham. Cornelis travailla principalement à Rotterdam, où il fut directeur de la gilde de Saint-Luc en 1667, et fit quelques voyages, surtout à Anvers après 1626, ce que reflète son œuvre qui trahit l'influence de Brouwer et de Téniers. Il peignit des sujets religieux (l'Annonce aux bergers, 1663, Rijksmuseum), des portraits (Un peintre, 1629, Louvre), des scènes villageoises (la Foire, 1660, musée de Valenciennes), proches de Droochsloot, et des paysages (Pont et troupeaux, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum ; Paysage avec bétail, 1660, Mauritshuis), que l'on peut comparer à ceux de Herman III. Mais il est surtout connu pour ses scènes satiriques et symboliques (la Soif de l'or, 1636, Dijon, musée Magnin ; Oldenbarneveld et ses juges ou Trucidata Innocentia, 1663, Rijksmuseum ; Stultitia Mundi, 1664, musée de Riom ; Avocats sous la forme d'animaux, Rotterdam, B. V. B.), où, reprenant la tradition de Bosch et de Bruegel l'Ancien, il stigmatise les folies humaines, illustrant le symbolisme des proverbes d'une manière surréaliste et scatologique. Artiste au talent précoce, son premier tableau date de 1621.

Herman III (Rotterdam 1609 – Utrecht 1685). Frère du précédent, il fut l'élève de son père, Herman II, de son frère Cornelis, puis celui de Jan Van Goyen. Il s'installa en 1634 à Utrecht et y fut directeur de la gilde de Saint-Luc de 1655 à 1667. Il exécuta quelques gravures (1640 et 1669), travailla en 1635, avec son frère Cornelis, à la décoration du château de Houselaersdijck et illustra, cette même année, avec Bloemaert, Poelenburgh et Dirck Van der Lisse, une scène tirée du Pastor Fido de Guarini. Il ne peignit que des paysages, tout d'abord proches de ceux de Van Goyen et de Pieter Molyn, puis, dès 1640, son style fut influencé par l'italianisme de Poelenburgh et de Jan Both : Rébecca et la servante d'Abraham (1641, Munich, Alte Pin.), la Forêt (1647, La Haye, musée Bredius), Paysage de montagne (1643, musée d'Utrecht). Après les années 1650, son style devint plus minutieux, surtout dans ses Vues du Rhin (Louvre, 1655 ; Rotterdam, B. V. B., 1664 ; musée de Strasbourg).