En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pieter Jansz. Saenredam

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Assendelft 1597  – Haarlem 1665).

Fils et élève du graveur Jan Pietersz Saenredam, il fréquenta v. 1608 l'atelier de Frans de Grebber à Haarlem. En 1623, il est inscrit à la gilde de Saint-Luc d'Assendelft et, en 1626, il exécute son premier tableau : le Christ chassant les marchands du Temple (Londres, coll. part.).

Saenredam connaissait des architectes, tel Jacob Van Campen, le plus grand des architectes classiques de Hollande, ce qui peut expliquer la rigueur et même l'austérité de ses vues d'églises. Ses 56 tableaux connus, d'une exactitude toute mathématique, sont souvent précédés de croquis et de dessins très précis (environ 140 connus actuellement). Saenredam voyagea à travers les Pays-Bas pour saisir sur le vif le caractère intime de chaque monument qu'il décrivait. En 1632, il est à Bois-le-Duc, où il dessine l'Intérieur de la cathédrale Saint-Jean (British Museum ; Bruxelles, M. R. B. A.). Il revient à Assendelft, puis séjourne à Alkmaar (1634) et à Haarlem (1635-36), où il peint l'Église Saint-Bavon, un de ses thèmes de prédilection (Rijksmuseum ; Paris, Inst. néerlandais ; musée de Varsovie) et dont il avait déjà peint l'intérieur en 1630 (Louvre). En 1636, il est à Utrecht, où il dessine la Cathédrale Saint-Martin (Utrecht, Archives municipales ; Paris, B. N.), l'Église Saint-Jacques (Rotterdam, B. V. B. ; Utrecht, Archives municipales), l'Église Saint-Jean (musée de Hambourg) et l'Église Sainte-Marie (Haarlem, musée Teyler ; Utrecht, Archives municipales ; Paris, Inst. néerlandais). Une de ses périodes les plus fécondes correspond à son séjour à Amsterdam en 1641, où il peint des monuments du passé national, s'opposant ainsi au courant romaniste ; de cette époque citons les dessins représentant l'Ancien Hôtel de ville d'Amsterdam (Haarlem, musée Teyler ; Amsterdam, musée municipal, coll. Fodor), qui préparent la vue large et lumineuse du même monument (Rijksmuseum), commencée en 1641 et terminée en 1657. L'artiste peint en 1641 l'Intérieur de Sainte-Marie d'Utrecht (Rijksmuseum), œuvre d'un dépouillement remarquable, et en 1642 l'Église Saint-Jacques d'Utrecht (Munich, Alte Pin.). L'année suivante, il exécute une Vue du Panthéon (New York, coll. part.) d'après les dessins des albums de Maerten Van Heemskerck, auj. conservés à Berlin-Dahlem. En 1644, il est à Rhenen, où il dessine la Nef et la Tour de l'église Sainte-Cunera (Rijksmuseum). Il peint en 1649 un de ses tableaux les plus célèbres : l'Intérieur de Saint-Odulphe à Assendelft (Rijksmuseum), véritable symphonie d'ocres, de blancs et de gris. Il réalise ensuite une série de vues de Haarlem : la Nieuwe Kerke (1650-1652), construite peu avant par son ami Jacob Van Campen (dessins à Haarlem, Archives municipales et à Rotterdam, B. V. B. ; tableau à Haarlem, musée Frans Hals). Il retourne en 1661 à Alkmaar, où il peint l'Église Saint-Laurent (Rotterdam, B. V. B. ; dessins à l'Albertina et à Paris, Inst. néerlandais). En 1663, il est à Utrecht, où il peint la Place Sainte-Marie (Rotterdam, B. V. B.), dont le dessin préparatoire est conservé au musée Teyler de Haarlem. Les intérieurs d'église de Saenredam, plus dépouillés que ceux d'Emmanuel de Witte, sont typiques du courant monochrome propre à la peinture des Pays-Bas ; sa palette claire et nuancée se résume surtout à des blancs et à des beiges. Par ailleurs, l'exactitude scientifique de ses architectures, la limpidité de l'atmosphère, la précision et la netteté de son langage formel confèrent à son œuvre un caractère quasi abstrait.