En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacques Réattu

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Arles 1760  – id. 1833).

Venu à Paris en 1773, il y est peut être l'élève de Simon Julien, avant d'entrer à l'Académie dans la classe de Regnault (1790?). Prix de Rome en 1791 avec la Justification de Suzanne (Paris, E. N. B. A.), il est contraint par les troubles révolutionnaires d'écourter son séjour italien ; après être resté un temps à Naples (1793), il rentre à Marseille (1794), puis à Arles. Sa tentative de carrière parisienne échoua ; il fut pourtant nommé en 1814 membre correspondant de l'Institut. Il peignit en 1818 le plafond du grand théâtre de Marseille (détaché dès le xixe s. ; esquisse au musée d'Arles), qui reçut un accueil enthousiaste : Apollon et les Muses répandant des fleurs sur le Temps. Dix ans plus tard, il fit pour l'église de Beaucaire 3 tableaux de l'histoire de saint Paul (esquisses au musée d'Arles). Plus froides sont ses compositions inspirées de l'antique : Narcisse et Écho (1818, id.), Mercure et Argus (1824, id.). La plupart des œuvres de Réattu, en particulier ses remarquables esquisses et ses dessins d'un néo-classicisme intransigeant mais pleins de fougue, sont conservées au musée d'Arles, qui, installé dans la maison de l'artiste, porte son nom.