En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ryckaert

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Famille de peintres flamands.

David I (Anvers 1560  – id. 1607) , peintre à l'œuvre inconnu ; il fut le maître de son fils, David II (Anvers 1586 – id. 1642). Celui-ci, auteur d'un tableau du Hallwylska Museet de Stockholm, monogrammé D. R. et représentant un Boucher derrière une table à découper, fut le maître de Gonzales Coques à Anvers v. 1630.

Martin (Anvers 1587 – id. 1631). Frère du précédent et comme lui élève de son père et de T. Verhaecht, il fut paysagiste. Franc maître à Anvers en 1611, il avait fait précèdemment un court séjour en Italie, où il subit l'influence de Paul Bril : Paysage (1616, Offices). Par contre, son Paysage avec la Sainte Famille (château de Pommersfelden, coll. Schönborn) relève plutôt du Maniérisme fantastique de Gillis d'Hondecoeter et de Roelandt Savery. Comme nombre de ses contemporains, il collabora avec Bruegel de Velours.

David III (Anvers 1612 – id. 1661). Fils de David II Ryckaert, franc maître en 1636, il fut le beau-frère de Gonzales Coques. Peintre de genre — particulièrement de scènes rustiques — et de tableaux de société, il a laissé de nombreuses œuvres signées et datées (entre 1637 et 1661), dont plusieurs se répètent. Si les premières, comme le Chirurgien (1638, musée de Valenciennes), l'Intérieur d'atelier (1638, Louvre) ou l'Intérieur rustique (Dresde ; Gg.) trahissent l'influence de Brouwer, les suivantes, comme la Famille paysanne (1642, id.), l'Atelier du peintre (Dijon) et l'Alchimiste dans son laboratoire (1648, Bruxelles ; M. R. B. A.) rappellent surtout D. Téniers dont il peut être considéré comme le continuateur. Enfin, les dernières révèlent, ainsi que le remarque F. C. Legrand, l'ascendant de Jordaens. Sa grosse production trahit son succès. Après 1650, il fera des diableries son thème principal (la Tentation de Saint Antoine, Pitti). Étant donné la qualité médiocre de la peinture flamande de genre de la deuxième moitié du xviie siècle, l'artiste n'est pas à mésestimer.