En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Claude Rutault

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Trois-Moutiers 1941).

Après des études en sciences politiques et en droit, il se tourne vers l'art en réalisant en 1973 sa première " Définition/méthode " : montée sur châssis, de format et de dimensions libres, une toile peinte par l'acheteur de la même couleur que le mur sur lequel elle est accrochée ; à l'exception de cette dernière obligation, tout ou presque peut être modifié par le collectionneur. Depuis cette première " Définition/méthode ", Rutault en a élaboré d'autres (il en existe maintenant plus de 175), qui déplacent et interrogent toujours plus avant les problématiques historiques de la peinture et de l'art en général : " Art pour art ", par exemple, fonctionne sur le troc, puisque l'acheteur paie sa pièce par une œuvre de sa collection. " AMZ " est une œuvre commencée à Dijon (1987), où se trouvait un lot de toiles de tous formats et de toutes dimensions — mais dont, précisément, les dimensions diminuaient au fur et à mesure de l'éloignement physique du collectionneur et de l'éloignement chronologique de l'achat. " Peinture-suicide " diminue d'un cinquième tous les ans, etc. Le travail de Rutault exigeant une très réelle activité du spectateur, il n'est pas exagéré de citer, parmi ses collectionneurs les plus actifs (jeu avec les règles, expositions, etc.), l'association Art et Cie (Paris) : car il convient encore de noter, malgré la présence d'œuvres au M. N. A. M. et au M. A. M. de la Ville de Paris, au musée de Gand, etc., que cet investissement du spectateur rend le travail moins efficient dans une collection publique qui n'est pas prête à s'y engager totalement. Rutault a participé à la majorité des grandes expositions de groupe depuis quinze ans et, parmi les expositions récentes qui lui ont été consacrées, il faut mentionner celle du musée de Poitiers (1990), une installation au M. A. M. de la Ville de Paris, lors de l'exposition " Passions privées " en 1995-1996, et une exposition personnelle à Thiers (1996).