En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Morgan Russell

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (New York 1883  – Broomall, Pennsylvanie, 1953).

Il est avec MacDonald-Wright le fondateur du Synchromisme. Dès 1906, il se familiarisa avec les impressionnistes et Cézanne lors d'un premier voyage à Paris, à la suite duquel il suivit les cours de Robert Henri à l'Art Students League. Pendant trois ans, il revint en Europe tous les étés et s'intéressa particulièrement aux solutions apportées par Monet aux problèmes de la lumière et de la couleur. En 1909, il se fixa à Paris (il ne devait quitter la France qu'en 1946), fréquenta Leo et Gertrude Stein et, chez eux, fit la connaissance de Picasso, puis de Matisse, avec qui il travailla cette même année à une série de sculptures. En 1910, il exposa au Salon d'automne (Hommes nus sur la plage, É.-U., coll. Dr. William Q. Sturner). Son intérêt se dirigeait alors plus vers Cézanne que vers Monet. En même temps, Russell attachait une grande importance aux écrits théoriques de Chevreul, de Helmoltz et de Roods (Modern Chromatics). Il rencontra MacDonald-Wright en 1911. Fiers de leurs connaissances théoriques et instruits par l'exemple de Delaunay et de Kupka (bien qu'ils n'eussent jamais admis entièrement l'influence de ceux-ci sur leur œuvre), Russell et MacDonald-Wright exprimèrent leurs positions en 1913 dans une série d'expositions accompagnées de pamphlets, à Munich (Neue Kunstsalon), à Paris (Bernheim-Jeune) ainsi qu'au Salon des indépendants et à l'Armory Show.

Le programme de Russell peut se résumer en une phrase qu'il écrivit dans l'introduction à son exposition chez Bernheim-Jeune : " C'est d'un ensemble de couleurs s'équilibrant autour d'une couleur génératrice que doit jaillir la forme. " (Synchromy to Form : Orange, 1914, Buffalo, Albright-Knox Art Gal.). En 1916, Russell revint à une peinture figurative à thèmes religieux proche de Maurice Denis, mais continua, semble-t-il, à peindre des synchromies jusqu'en 1929. L'influence de Russell et du mouvement synchromiste apparut clairement en 1916 lors de la Forum Exhibition (New York, Anderson Gal.) sur des peintres tels que Thomas Benton, Marsden Hartley, Patrick Henry, Bruce, Andrew Darsburg et Morton Schamberg.

L'œuvre synchromiste de Russell est surtout représenté dans les coll. publiques américaines. Il pose des problèmes délicats de datation : en raison de la rivalité qui l'opposait à R. Delaunay et aux orphistes, Russell antidata certains tableaux des années 1920.