En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Thomas Ruff

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste allemand (Zell 1954).

Thomas Ruff est l'un des représentants de la nouvelle " photographie objective " allemande. Élève des Becher à la Kunstakademie de Düsseldorf, il interroge la photographie dans sa capacité documentaire à reproduire le visible. Il commence son étude systématique avec des " Vues d'intérieurs " (1979-1983) puis développe à partir de 1981 une série de ces " Portraits " (1981-1986). Sans aucune variation, des jeunes de sa génération y sont photographiés frontalement, en buste, sur fond monochrome dépourvu de sophistication d'éclairage. Dégagés de charge subjective ou affective, ces " Portraits " évacuent toute identité du sujet. Avec la série des " Maisons ", l'artiste propose une vision clinique de la cité postindustrielle à travers des vues d'immeubles et d'usines. En 1989, il affirme cette fois, avec une série intitulée " Étoiles ", la dimension positive de la médiation technologique. Réalisés à partir de clichés d'observatoires, ces grands tableaux noir et blanc, que l'artiste a seulement recadrés et agrandis, nous parlent du pouvoir d'exploration poétique de la photographie. Rejoignant ici le mystère des vues rapprochées des " Portraits ", Ruff s'accorde à mettre en difficulté toute prétention à enfermer ou circonscrire le réel. Il est exposé depuis 1981 dans de nombreuses galeries à Munich, Düsseldorf, Paris, Toronto, Amsterdam, Zurich, New York. Le Stedelijk Museum d'Amsterdam (1989), la Kunsthalle de Zurich et le Magasin de Grenoble (1990) ont présenté ses " Portraits, Maisons, Étoiles ", et les musées de Francfort (Museum für moderne Kunst) et de Malmö, Suède (centre d'Art contemporain), lui ont consacré une exposition en 1996.