En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Olga Vladimirovna Rozanova

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste russe (Mélenki 1886  – Moscou 1918).

Après des études dans les écoles d'art Bolchakov et Stroganov à Moscou (1904-1910), elle participe aux activités de l'Union de la jeunesse dès 1911. N'ayant œuvré qu'en Russie, elle y reçut l'influence des peintres français à travers les expositions et les collections. À partir de 1913, elle peint des séries d'œuvres dans la lignée du Cubisme avec des coloris restreints et des teintes sourdes (Homme dans la rue, 1913, Madrid, Fondation Thyssen-Bornemizsa). La même année, elle commence la fabrication de livres-objets, mêlant étroitement la peinture et l'écriture (Livre-zaoum, 1915 ; la Guerre, 1916, de Kroutchonykh).

En 1915, elle écrit des poésies de tendance zaoum (transmentale) et adhère au Suprématisme ; elle fait partie du groupe Supremus (1916). Elle adhère avec enthousiasme à la Révolution, crée des décors pour les fêtes, participe à la création des ateliers libres d'État en province, applique ses recherches suprématistes à un art utilitaire, tissus ou objets quotidiens. Ses œuvres évoluent alors dans une tendance géométrique de formes minimales (Vol d'un aéroplane, 1916, Samara, musée). Juste avant sa mort, elle peint des toiles de pure couleur (Composition sans objet, 1917-18, Saint Pétersbourg, Musée russe)