En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Thomas Rowlandson

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et caricaturiste britannique (Londres 1756  – id. 1827).

Fils d'un riche marchand de textile qui fit faillite, il fut élevé par un oncle et une tante. Il étudia à l'École de la Royal Academy, nouvellement créée, où il apprit le dessin à la manière des peintres d'histoire comme Mortimer. En France en 1774, puis de nouveau en 1782 et 1783, il dessina principalement des personnages ; certains historiens expliquent l'enroulement de son trait comme une influence possible du Rococo français.

À ses débuts, Rowlandson semblait vouloir faire carrière de peintre d'histoire. En 1775, il présentait à la Royal Academy un dessin : Dalila rendant visite à Samson emprisonné. Après s'être essayé au portrait et plus rarement au paysage, à une époque où Sandby avait consacré le genre, il exposait en 1781 sa première caricature gravée, l'École de l'éloquence (Windsor, Royal Library), suivie en 1784 du Voyage dans une chaise de poste. Puis ce furent l'Époux enragé, l'Épouse extravagante, l'Amputation. La même année, l'artiste abordait la caricature politique, mais ses thèmes de prédilection devaient rester les études de mœurs. Associé à Henry Wigstead, avec qui il voyagea en 1789 dans le sud de l'Angleterre et en 1797 dans le pays de Galles, il collabora ensuite avec Rudolph Ackermann, qui ouvrait une boutique d'estampes sur le Strand en 1795. Son œuvre devint vite populaire grâce à la diffusion de certaines publications, comme le Poetical Magazine, The Humorist et l'English Spy, et grâce aussi à l'illustration de nombreux ouvrages de la littérature anglaise, comme, en 1817, le Vicaire de Wakefield de Goldsmith. L'abondance de sa production a souvent nui à la qualité de ses planches. Parmi ses œuvres les plus importantes figure la série Dr Syntax à la recherche du pittoresque (1812-1820). Ses dessins rehaussés d'aquarelle figurent dans les grands cabinets londoniens (British Museum et V. A. M.)