En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Johann Michael Rottmayr

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre autrichien (Laufen, Bavière,  1654  – Vienne  1730).

Il demeura treize ans dans l'atelier de Carl Loth à Venise (1675-1687), dont il est l'élève le plus important. Il se familiarisa aussi avec l'art de Rubens, Van Dyck et emprunta au Napolitain Luca Giordano sa représentation des personnages. Il habita Salzbourg (1688-1695), puis travailla au château de Frain, en Moravie (1695), où il collabora avec l'architecte Johann Bernhard Fischer, avant de venir s'installer à Vienne, qu'il ne quittera plus que pour exécuter des commandes. Il rapporte d'Italie la mode du bozzetto : dans l'esquisse pour la Chute des anges (Tittmoning, église du château, 1697), les effets picturaux intenses (bleu, blanc, jaune) l'emportent sur les valeurs plastiques, dont le développement, dans l'œuvre définitive, révèle sa connaissance de Rubens. À l'église Saint-Matthias de Breslau, Rottmayr couvre (1704-1706) les quatre voûtes de la nef d'un ensemble continu de fresques (Triomphe du Nom de Jésus), dans lequel, pour la première fois, grâce à la collaboration d'architectes autrichiens, un peintre réalisait un décor dont l'effet illusionniste remplaçait les architectures plafonnantes traditionnelles. À Melk, il peint les fresques de la grande nef. Dans Bucéphale dompté (1709-1711, Salzbourg, Résidence, plafond de la salle Carabineri), aux dominantes de jaunes, la composition reste pleine de dynamisme, bien que l'insistance apportée aux musculatures des corps arrondisse et amolisse les formes. Le style de Rottmayr se caractérise par une grande imagination créatrice, alliée à la maîtrise de la couleur et à un sens très sûr de la répartition des accents. Ses tableaux de chevalet, ses esquisses et dessins sont rares.