En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Carl Rottmann

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Handschuhsheim  1797  – Munich  1850).

Élève de son père, Friedrich, de Johann Xeller, le restaurateur des frères Boisserec, il est influencé à Heidelberg par le peintre anglais G. A. Wallis, puis fréquente l'Académie de Munich, ville où il s'installe à partir de 1822. Il se forme alors sous l'influence de Joseph Anton Koch et s'oriente vers le paysage héroïque. Sur la demande de Louis Ier de Bavière, il entreprend des voyages en Italie (1826-27 et 1829-30) et en Grèce (1834-35). Peignant à ses débuts des paysages d'ambiance s'inspirant fidèlement de la nature, il aboutit à des paysages d'un aspect monumental (Phare de Gênes, 1826, Heidelberg, Kurpfälzisches Museum). C'est avec les fresques représentant des sites d'Italie, exécutées à partir de 1830 pour les arcades du Hofgarten de Munich, que son art atteint son apogée. Après son voyage en Grèce, dont il utilise les souvenirs pour son cycle de paysages helléniques, l'artiste atteint un style pathétique grandiose, qu'il obtient par des effets d'éclairage dramatiques, des formes tourmentées, des couleurs flamboyantes et une suggestion vigoureuse de l'espace. Les scènes où les éléments semblent en lutte atteignent une dimension visionnaire (le Champs de bataille de Marathon, 1845, musées de Berlin).