En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Johann Rottenhammer

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Munich  1564  – Augsbourg  1625).

Il fut de 1582 à 1588 élève de Hans Donauer, qui participa sous la direction de F. Sustris à la décoration de l'Antiquarium de la Résidence de Munich, et grandit dans la tradition du Maniérisme tardif international tel qu'il s'exprimait dans l'art courtois munichois. C'est cependant l'Italie — où il admira les œuvres de Véronèse et de Tintoret ainsi que celles des paysagistes flamands à Rome — qui lui donna une impulsion décisive. Au cours de ses séjours à Rome (1589-1596) et à Venise (1596-1606), il entretint des relations amicales et professionnelles avec Jan Bruegel et Paul Bril ainsi qu'avec Palma le Jeune. Il apprit la minutieuse technique flamande de la peinture sur cuivre et fut le premier à transposer le style monumental italien en une forme empruntée à la miniature, qui allait donner naissance au tableau de petit format et lui assurer la célébrité (Diane et Actéon, 1602, Munich, Alte Pin.). Le cardinal Borromée de Milan, le duc de Mantoue et Rodolphe II, à Prague, l'honorèrent de leurs commandes, et les graveurs Kilian et Sadeler contribuèrent à la diffusion de ses compositions.

L'évolution artistique de Rottenhammer allait trouver très tôt son accomplissement au cours des premières années du séjour à Venise (Ecce homo, 1597, musée de Kassel). Aussi éloigné du nouveau réalisme particulier au début du Baroque que d'une conception maniériste excentrique, l'art de Rottenhammer représente un certain idéal académique répondant à l'idée contemporaine de la grâce. Le raffinement de ses compositions religieuses et mythologiques plaisait encore au xviiie s. et séduisit de nombreux graveurs français. Les nus féminins, aux délicates arabesques, et l'enchaînement ornemental des compositions, riches en personnages, sont autant de témoignages de la touche brillante de l'artiste, qui sut, en outre, transposer avec virtuosité des scènes monumentales (le Jugement dernier et les Noces de Cana, Munich, Alte Pin. ; le Couronnement de la Vierge, Londres, N. G.) en petits formats dans le goût maniériste. En intégrant pour la première fois au style italien des éléments particuliers aux paysages flamands, remarquables par la subtilité du traitement des détails, Rottenhammer créa un genre nouveau, intime et précieux. Quelques œuvres naquirent en collaboration avec Bril (la Chute de Phaéton, musée de Kassel) et Bruegel de Velours (la Ronde des anges, Milan, Ambrosienne), tandis que les représentations idylliques du thème du Repos de la Sainte Famille (musées de Schwerin et de Kassel, Rijksmuseum) se rattachent à la tradition allemande. Cette fusion du style italien des personnages et du paysage nordique conduit à Elsheimer, qui travailla dans l'atelier de Rottenhammer en 1598.

Artiste réceptif, Rottenhammer évolua vers un certain classicisme lorsqu'il s'installa à Augsbourg en 1606. Dès lors, il exécuta de grands retables (autel de Tous-les-Saints, église Saint-Max, Augsbourg), des fresques (maison Hopfer, Augsbourg, auj. détruite) et des décorations (château de Bückeburg) où l'ordonnance des personnages a gagné en sobriété. Au contraire de son ancien élève, le peintre augsbourgeois Kager, son audience demeura limitée aux cercles aristocratiques. Rottenhammer est amplement représenté dans les musées d'Augsbourg, de Kassel, de Munich (Alte Pin.) et à l'Ermitage.