En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Dieter Roth

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste suisse (Hanovre 1930-Bâle 1998).

Après son arrivée en Suisse, Roth étudie le graphisme publicitaire à Berne (1946-1951), puis la lithographie à Khersatz en 1950, période où il est très influencé par l'esthétique constructiviste suisse (Max Bill, R. P. Lohse). Au cours des années 50, dans de multiples lieux, Copenhague, Reykjavik, aux États-Unis, il commence à réaliser des collages, des œuvres textiles ou d'orfèvrerie, ainsi qu'un ensemble d'œuvres proches de l'art optique (Book, 1954, en carton découpé) et des travaux issus de la poésie visuelle. Une partie importante de l'œuvre de Roth restera liée, tout au long de sa carrière, à la création de livres d'artistes (plus de cent réalisés depuis 1956). Dieter Roth se livre, à partir des années 60, à un travail multiforme grâce à une manipulation de techniques diverses, jouant sur l'accumulation des éléments et la décomposition des formes et des matières. Proche de Daniel Spoerri depuis 1953, il est lié au mouvement Fluxus et crée, au cours des années 60-70, des œuvres avec Nam June Paik, Dick Higgins ou George Brecht. Dans cette œuvre multiple, l'utilisation de matériaux organiques joue un rôle important, marquant un grand intérêt pour l'aléatoire, l'instable et le périssable : lait caillé sur une feuille de papier, saucisse détournée, accumulation de têtes en sucre et en chocolat dans une baignoire (la Baignoire de " Ludwig van ", 1969), excréments d'animaux (Köttelkarnikel, 1969-1989, Paris, F. N. A. C.), épices dans des vitrines... Cet intérêt pour des matériaux composites se retrouve dans des œuvres constituées d'accumulations d'éléments hétérogènes : collages de papiers, photos et objets variés de la vie quotidienne reportés sur des panneaux (À la maison, 1975-1978 ; Œuvre murale de Chicago — Hommage à Ira et Glorye Wool, 1978-1984, Berne, Kunstmuseum). L'aspect autobiographique, lié à la volonté d'éviter la rupture entre art et vie, est très souvent présent dans son œuvre et ce sous des formes très variées : collection d'objets (Collection de déchets aplatis 15/12/75-15/12/76), série de films projetés dans une même salle (Biennale de Venise, 1982), ainsi que dans de nombreux concerts. Par ailleurs, Roth a souvent travaillé en collaboration avec d'autres artistes, notamment Stefan Wewerka, Richard Hamilton ou Arnulf Rainer.

Professeur de 1965 à 1967, puis en 1986 à l'école de design de Rhode Island, Providence, il a aussi enseigné à l'Académie de Düsseldof (1968-1970), au " Myndlista og Handidaskoli " à Reykjavik, en 1979. Par ailleurs, créateur de sa propre maison d'édition à Zug, en 1974, il a participé à de très nombreuses revues et a réalisé une œuvre graphique considérable, multipliant les déformations du dessin et les superpositions colorées (Six Piccadillies, 1969-70). Présent aux Documenta de Kassel de 1968 à 1977, il représente la Suisse à la Biennale de Venise en 1982.