En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Theodore Roszak

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Sculpteur, peintre et graveur américain d'origine polonaise (Poznań 1907  – New York 1981).

Ayant montré un talent très précoce, il entre dès 1922 à l'Art Institute de Chicago puis à la National Academy of Design, New York (1926-27). Entre 1929 et 1931, il voyage en Europe (Prague, Allemagne, Autriche, Italie, Paris). Il manifeste un grand intérêt tout à la fois pour Klee, Picasso, Léger, les constructivistes, les surréalistes et De Chirico, dont on décèle l'influence dans ses toiles de l'époque. En 1931, il commence à sculpter ; son œuvre est durablement marqué par l'esprit du Bauhaus : reliefs géométriques en bois et Plexiglas, constructions à trois dimensions en plâtre aux formes élancées et machinistes (Vertical Construction, 1943, New York, Whitney Museum). Entre 1938 et 1940, il enseigne aux côtés de Moholy-Nagy au Design Laboratory de New York. Après la guerre, qu'il passe comme ingénieur aéronautique dans la firme Brewster Aircraft, il devient un des pionniers de la sculpture métallique soudée ; ses immenses connaissances des alliages et de la soudure lui permettent de mettre au point de nouvelles techniques. Son œuvre prend un tour résolument émotif et expressionniste, marqué par des formes déchiquetées et buissonnantes, des surfaces et des arêtes érodées, des effets de texture variés (The Spectre of Kitty Hawk, 1946-47, New York, M. O. M. A. ; The Sea Sentinel, 1956, New York, Whitney Museum). Jusqu'au cours des années 60, cette production est accompagnée de centaines de petits croquis, dont certains sont agrandis et développés pour donner des dessins de grandes dimensions ou même des sculptures. L'expression inquiète de l'artiste se nourrit à l'observation attentive de l'infiniment petit, de la nature et du cosmos. À partir de la fin des années 60, d'importantes suites de dessins et de lithographies décrivent un monde de luttes entre formes humaines et animales, organismes hybrides et insectes. Ces cauchemars à la composition complexe entraînent son art aux limites du Symbolisme et du Surréalisme. Peu avant sa mort, il était revenu à des œuvres graphiques monumentales, d'inspiration géométrique et cosmique. En 1984, le Whitney Museum de New York a présenté ses collections de Roszak, enrichies par les dons de la famille de l'artiste. La même année, la Zabriskie Gal. de New York montrait ses photogrammes, réalisés sous l'influence de ceux de Moholy-Nagy entre 1937 et 1941. Son œuvre est conservé dans de très nombreuses collections publiques américaines et à la Tate Gal. de Londres.