En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Cosimo Rosselli

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Florence 1439  –id. 1507).

Élève de Neri di Bicci, l'un des représentants les plus réactionnaires du quattrocento florentin, il fut un modeste auteur de " pale " d'autel aux formes lisses et polies, puis, dans les années de sa maturité et de sa vieillesse, de fresques et de nombreuses peintures sacrées compliquées et plus ambitieuses. Dans ses œuvres de jeunesse, on retrouve des échos de Filippo Lippi et de Domenico Veneziano : Sainte Anne et la Vierge avec quatre saints (1471, musées de Berlin, Bode) et Sainte Barbe (Florence, Accademia). Ces influences se retrouvent dans l'effet de perspective de l'Annonciation d'Avignon (Petit Palais) de 1473, qui n'est pas indemne d'un regard sur l'œuvre de Gozzoli. Vers 1475, Rosselli peint la Vocation de saint Philippe Benizzi, fresque dans le cloître de S. Annunziata à Florence ; en 1481, il est à Rome et collabore, aux côtés des maîtres les plus fameux de l'époque, aux fresques de la chapelle Sixtine (scènes de la vie de Moïse et du Christ : Adoration du veau d'or, Dernière Cène, Sermont sur la montagne). De retour à Florence en 1486, il peint la grande fresque du Miracle du Saint Sang pour S. Ambrogio.

Parmi ses dernières œuvres, on peut citer des " pale " d'autel : Couronnement de la Vierge de S. Maria Maddalena dei Pazzi, Madone en gloire de S. Ambrogio et Madone et l'Enfant avec des saints (1492, Florence, Accademia). Des artistes du plus haut niveau, comme Piero di Cosimo et Fra Bartolomeo, se sont formés dans l'atelier de Rosselli.