En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alexander Roslin

Duc de Praslin
Duc de Praslin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre suédois (Malmö 1718  – Paris 1793).

Après s'être formé auprès de Georg Engelhardt Schröder, à Stockholm, Roslin partit pour l'étranger en 1745. Il travailla d'abord à Bayreuth, puis en Italie et se fixa en 1752 à Paris, où il devait demeurer toute sa vie. Entre 1774 et 1778, il se rendit à Stockholm, à Saint-Pétersbourg et à Vienne. À Paris, protégé par la Cour et par Boucher, il acquit bientôt une renommée de portraitiste auprès d'une clientèle aristocratique et mondaine, et devint en 1753 membre de l'Académie. Dans ses premières œuvres, il fut influencé par le style baroque de Schröder, mais, dès le début de son séjour parisien, il s'inspira de Boucher dans une manière empreinte d'un " rococo " aux tonalités claires et fraîches : la Baronne de Neubourg-Cromière (1756, Stockholm, Nm), portrait où les étoffes sont rendues avec une habileté évidente. Plus tard, son art devint plus austère et ses couleurs plus fortement accentuées : Joseph Vernet (1767, id.), la Dame à l'éventail (1768, id.), Gustave III et ses frères (1771, id.). Dans ses dernières œuvres, les personnages donnent une impression de plus grande mélancolie : Carl von Linné (1775, Stockholm, Vetenskapsakademien). Le Louvre conserve les portraits de Dandré-Bardon et d'Étienne Jeaurat.

Roslin épousa en 1759 Marie-Suzanne Giroust (modèle de sa fameuse Dame à l'éventail) , miniaturiste et pastelliste, élève de La Tour, qui fut reçue en 1771 à l'Académie avec l'excellent portrait au pastel de Pigalle (Louvre).