En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Henri Rivière

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et graveur français (Paris 1864  – id. 1951).

Rivière illustra auprès d'Émile Bin les Voyages d'A'Kempis d'Émile Goudeau et les Farfadets de Mélandri, avant de collaborer, influencé par Willette, au Chat noir de Rodolphe Salis (1882). Il créa alors pour le cabaret montmartrois son célèbre Petit Théâtre d'ombres chinoises (1886-1898), dont le succès fut immense. Il découpait dans le zinc les silhouettes de ses personnages et peignait sur verre des décors lumineux. Il mit en scène Héro et Léandre (Haraucourt), Phryné et Ailleurs (Maurice Donnay) ainsi que Sainte Geneviève, oratorio de Léopold Dauphin. Il réalisa aussi sur la musique de Fragerolle les Clairs de lune, l'Enfant prodigue et la Marche à l'Étoile, qu'il publia ensuite en albums. Symboliste, quelque peu mystique, il rêvait de piété candide, de cantiques païens, de folklore naïvement philosophique et retrouvait l'esprit des mystères du Moyen Âge. Son style synthétique, proche des Nabis, était à la fois décoratif et d'une simplicité émouvante et douce. Rivière publia, après un séjour en Bretagne, une soixantaine de gravures sur bois, en couleurs, fort rares, les Paysages bretons (1890-1894), dont le dépouillement rappelle l'art japonais, qu'il aimait, mais où il exprime une poésie modeste et traditionnelle, un sens exquis des horizons français, semblable à celui de Puvis de Chavannes. Il exécuta aussi de nombreuses eaux-fortes et lithographies en couleurs, évocations délicates de Paris (les Trente-Six Vues de la tour Eiffel, 1888-1902, inspirées par les Vues du Fuji-Yama d'Hokusai), visions mélancoliques d'une Bretagne encore sauvage (Au vent du noroît, 1906), expressions sensibles des saisons (l'Hiver, 1896) et des Aspects de la nature (1897-98). Les aquarelles qu'il peignit sur le motif, plus colorées et impressionnistes, ont beaucoup de charme. Mais certaines, par leurs rêveries macabres (les Silhouettes du crépuscule), le rattachent plus étroitement au Symbolisme.