En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Thijs Rinsema

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Drachten 1877  – Smallingerland 1947).

Ami de Théo Van Doesburg et de Kurt Schwitters, Thijs Rinsema est l'une des principales figures du dadaïsme néerlandais. Avec son frère, le poète Evert Rinsema, dont les œuvres ont été éditées par De Stijl en 1920, il tenait une boutique de cordonnier à Drachten (Frise). La chronologie de son œuvre, peu abondante, reste mal fixée. S'il réalise avec Van Doesburg quelques pièces de mobilier en 1920 (Centraal Museum, Utrecht), il semble que la visite de Kurt Schwitters à Drachten en 1923 ait été déterminante pour lui. Cette année-là, il exécute de nombreux collages dans l'esprit même de l'artiste dadaïste allemand. Il connaît ensuite une phase cubo-puriste : Odol (1922-1930, musée de Dordrecht), où les lignes et les formes simplifiées jouent un grand rôle, ou encore Composition au pistolet (1925, Leeuwarden, Museum Princessehof), qui peut évoquer les " compositions aux nombreux objets " de Fernand Léger. Rinsema connaît une période plus constructiviste proprement dite en 1925, marquée par l'esthétique du Stijl, mais qui reste figurative : avec sa série des " footballeurs " et des " chevaux avec cavalier sautant une haie ", il cherche à exprimer le rythme dans des compositions jouant sur les aplats, les couleurs primaires et les formes stylisées (Composition avec cavalier, Museum Princessehof, Leeuwarden). Après 1930, il se consacre à une peinture plus réaliste (Portrait de Marlene Dietrich, 1938).